Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un peu paumée entre deux monogames

Monogamie
#
Profil

Chlo

le lundi 08 avril 2013 à 10h08

Bonjour,
Je suis mariée depuis 8 ans et je vis une relation polyamoureuse depuis un an et demi. Mon mari, de son côté, va voir de temps en temps ailleurs, mais ne s'investit pas émotionnellement. Il se dit plutôt monogame donc, mais accepte de vivre avec moi cette drôle d'aventure. Parfois bien, parfois moins bien, il a d'ailleurs entamé un travail auprès d'un psychologue pour l'aider à mieux se comprendre et à sortir de la relation fusionnelle qu'il entretient avec moi et qui nous fait souvent souffrir mutuellement. Je pourrais donc dire qu'aujourd'hui, nous sommes en pleine construction de cette nouvelle voie que nous avons choisi.
Après avoir vécu une première relation qui a duré quasiment un an avec un homme marié (non polyamoureux), j'ai fait la rencontre d'un homme, célibataire, il y a environ quatre mois. Pour mon mari, ça a été un passage difficile, parce qu'il espérait pouvoir souffler de la première relation et peut être inconsciemment, me retrouver juste pour lui (d'où le travail entamé chez le psy). Pour l'autre homme, les données de mon couple, ma manière d'envisager les choses, ont été discutées dès le départ. Il était donc au courant et parfaitement consentant pour démarrer une relation. Le problème qui s'est posé pour lui, c'est d'être tombé amoureux de moi, chose qu'il n'envisageait pas. Et aujourd'hui, il souffre, parce qu'il aimerait m'avoir toute à lui et qu'il sait ne pas pouvoir l'envisager. De mon côté, je jongle entre mon mari qui fait ce qu'il peut pour vivre la situation au mieux pour lui et cet homme qui a du mal à accepter la situation et se considère dans ma vie comme en option, autrement dit interchangeable (ce qui me fait bondir). Nous ne nous voyons qu'une à deux fois par semaine. En journée principalement, parfois en soirée, mais jamais de nuit complète, parce que je sens bien que mon mari n'est pas prêt et qu'il est important pour moi de ne pas lui forcer la main.
Cette situation est très déstabilisante pour nous trois. Du coup, je ne sais plus ni quoi faire, ni quoi dire. J'ai très peur de perdre cette relation avec cet homme, parce qu'elle est forte et profonde et que je sais que nous avons quelque chose à vivre ensemble. Mais d'un autre côté, je respecte l'avancée de mon mari et ne souhaite pas brûler les étapes. Du coup, je culpabilise, j'ai la sensation d'être une foutue égoïste, de n'arriver à rendre aucun des hommes de ma vie heureux. J'ai fait de nombreuses erreurs, à commencer par n'avoir pas su voir que mon mari n'était pas vraiment prêt à vivre une autre relation, ensuite de n'avoir pas su voir que mon deuxième amoureux n'avait pas du tout la fibre du polyamoureux. J'ai l'impression de n'avoir aucune marge de manoeuvre, de subir et d'être en attente, d'un côté comme de l'autre. La seule chose dont je sois sûre c'est de ne pas être faite pour la monogamie. Mais comment le vivre sans avoir ce sentiment d'être déchirée en deux ?

#
Profil

Cendre

le lundi 08 avril 2013 à 11h01

Bonjour Chlo,

J'ai pas grand chose à dire, je voulais juste compatir avec toi.
J'ai vu dans tes historiques de messages que tu connais déjà le discours, que tu es sûrement plus avancée que moi dans la démarche, dans l'idée d'assumer pleinement ce que tu es.

J'ai un dilemme similaire avec mon mari.
D'un coté une situation déséquilibrée, qu'on sent pas, on sait pas comment la manipuler, comment l'améliorer, quelles sont les actions de nous qui permettrait d'avancer dans le bon sens, et même, quel est ce bon sens dans lequel on souhaite aller ?
De l'autre coté, une intuition, une certitude, une volonté propre : je ne peux pas faire autrement. Je les aime et j'aime la possibilité d'en aimer encore d'autres. Et ça ne s'arrêtera pas comme ça, et il est hors de question que je renonce à vivre cela. Je ne peux pleinement profiter du bonheur par procuration que parce que je sais qu'il m'est accessible à moi aussi.
Alors oui, je culpabilise d'être aussi égoïste.

Mais m'aimer, moi même avant tout, c'est accepter cela aussi.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 08 avril 2013 à 11h14

Bonjour Chlo et Cendre,

Je ne vais pas non plus faire avancer le débat. Je suis dans les mêmes questionnements.

D'un côte mon conjoint, qui me semblait prêt à supporter la situation. Il s'est montré soutenant et admirablement compréhensif. Mais malgré tout ambivalent.
De l'autre mon amant, qui bien au courant de ma situation souhaitait garder ses distances, ne voulant rien entreprendre, mais qui se rapproche de plus en plus (émotionnellement et physiquement).

Et moi au milieu, perdue avec tous mes sentiments, mes émotions... et mes contradictions. La situation devient périlleuse, je ne contrôle plus rien. J'ai peur de blesser mon homme, qu'il ne se sente pas respecté. Je suis curieuse de la tournure que vont prendre les choses avec mon amant.

Alors oui, la culpabilité je connais aussi...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 11h42

Salut, Chlo.

Vous êtes apparemment dans une période assez "cruciale", tous. J'ai aucune méthode pour que ça réussisse à coups sûrs, mais c'est une période où chacun de vous va devoir être très très honnête, très calme, très compréhensif.
Case compte triple, quoi.

Peut-être, sachant que les deux sont sur la brèche, est-ce un moment opportun pour faire une rencontre à trois. S'imposer la réalité des uns des autres, pour pas vivre uniquement avec ses projections.

Par contre, tu n'as pas à t'en vouloir, hein. C'est pas toi qui fais mal la démarche, c'est la démarche qui n'est pas facile. Tu as expliqué d'emblée ce que tu faisais, et tu le fais dans des contextes où l'ouverture à l'autre était déjà admise (les aventures de l'un, le fait que l'autre ait commencé une relation avec toi, une femme mariée).
Tu n'a pas, je crois, à regretter ce que tu as décidé, mais à être attentive à ce que tu es en train de vivre. Oui, ça peut être aussi douloureux, mais c'est une façon de ne pas voir la chose comme un acte de tragédie mais comme une situation au présent, sur laquelle ne pèse pas un "destin", une "faute originelle", ce genre de conneries.

Deux questions, sinon :

- le rapport fusionnel, c'est un constat fait chez le psy, ou il y va pour s'en occuper ? Parce que faudrait pas partir du postulat que c'est le monogame qui pose problème. On va chez un psy pour s'apprendre soi, donc si ça se trouve se découvrir que c'est bon pour pour notre santé psychique d'être mono.

- en pratique, si tu n'étais pas déjà mariée, est-ce que tu te serais mis en couple "classique" avec le second ? Qu'est-ce que le second peut raisonnablement attendre, concrètement, de plus ? Mise à part l'existence de ton mari, quelles sont les choses qu'il ne vit pas avec toi et qu'il voudrait vivre ?

#
Profil

Chlo

le lundi 08 avril 2013 à 13h08

Merci Cendre et misbliss pour vos témoignages qui me permettent au moins de me sentir moins seule dans cette drôle d'expérience :)

@siestacorta : Merci pour ton intervention.
D'abord pour cette histoire de rencontres, les deux garçons se sont rencontrés au début de notre relation. Je ne sais encore s'il sera question d'une rencontre à trois, en tout cas, ce n'est pas dans les tuyaux, mais j'y penserai.
Pour ce qui est de ma culpabilité, j'y travaille, je crois surtout que je manque aujourd'hui d'actions concrètes pour aider à la construction et que ça me frustre. Mais bon, qu'importe, je cherche des solutions, l'autoflagellation n'est qu'une conséquence passagère, bien que douloureux, ce n'est pas le plus important.
Pour le rapport fusionnel de mon mari, c'est quelque chose dont nous parlons depuis longtemps, qui m'a toujours pesé, parce que je suis quelqu'un de très indépendant. Et qui par effet de rebond pèse aussi à mon mari, parce qu'il se rend compte que c'est contre productif. Il en souffre donc, mais ce n'est pas la seule raison de sa décision d'aller voir un psy. Je pense qu'il avait besoin de s'adresser à une tierce personne neutre, pour pouvoir analyser, comprendre. Son envie dit-il c'est d'arriver à bien le vivre, parce que s'il comprend et admet intellectuellement la démarche, émotionnellement il a plus de mal. Je ne sais si cela répond à ta question...
Pour ce qui est de mon autre amoureux. Oui bien sûr j'aimerai sans doute me mettre en couple avec lui si je n'étais pas mariée, mais ça ne résoudrait pas le problème du polyamour qui est ancré en moi et pas en lui, donc pas en couple classique. Aujourd'hui, il est dans la position du tout ou rien, lui ce qu'il aimerait c'est que je sois avec lui, tout le temps, qu'il puisse construire quelque chose avec moi. Il pense qu'il m'aime trop pour se contenter d'une sorte de demie-mesure (je le cite).
De mon côté, je pourrais avec le temps, envisager de passer plus de temps avec lui, de sortir de ces rendez vous, qui me semblent trop appartenir à une relation amant-maitresse classique. Le faire entrer dans mon quotidien, en passant quelques jours avec lui régulièrement par exemple. Mais je ne sais pas si d'une part ça lui suffirait et si d'autre part mon mari serait prêt à aller dans ce sens. Pourtant, je pense que c'est une voie à creuser, mais sans leur volonté à eux, je ne peux rien.

#

invité (invité)

le lundi 08 avril 2013 à 14h37

quel gage d indépendance de vouloir se mettre en couple si ce n est vouloir le beurre ,l argent du beurre et le sourire de la crémière..franchement j ai du mal avec ça ,avec ce genre de témoignage ..désolée

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 14h54

Je ne comprend pas exactement quel est le reproche qui est fait à Chlo ?
- s'être mise en couple avant de s'ouvrir à la rencontre d'autres amants ? elle n'aurait pas le droit d'éprouver des difficultés dans cette démarche, ou n'aurait jamais dû s'engager avec personne ?
- être polyamoureuse à la base ? Ne pas aimer comme chez Disney serait le problème ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

invité (invité)

le lundi 08 avril 2013 à 14h57

"Oui bien sûr j'aimerai sans doute me mettre en couple avec lui si je n'étais pas mariée"..la ça m interpelle

#
Profil

Cendre

le lundi 08 avril 2013 à 15h09

Il manque la suite de la phrase :
« mais ça ne résoudrait pas le problème du polyamour qui est ancré en moi et pas en lui, donc pas en couple classique »

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 15h11

Il faudrait dire comment tu l'interprètes ?

Moi je lui posais la question, non pas pour la mettre devant un choix qu'elle dit justement ne pas vouloir faire, mais pour tenter de m'imaginer comment son amant a pu "vivre" leur début de relation, quel ordre de sentiment on pu être exprimé, quelles attentes peuvent être comprises.

#

invité (invité)

le lundi 08 avril 2013 à 15h16

c est la notion même du couple qui me pose problème ici ..pourquoi vouloir a tout prix être a deux sachant qu on est polyamoureux et qu on se targue d être très indépendant ..je ne comprend vraiment

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 15h31

En fait c'est plutôt courant.

Il n'y a pas d'un côté des exclusifs qui sont à deux et qu'à deux, de l'autre des polyamoureux qui butinent, n'ont pas de relation construite et ne vivent jamais ensemble.
La plupart du temps, la vie fait qu'on s'engage, puis qu'on se trouve dans des situations où on veut redéfinir l'engagement, rassurer sur la valeur de ce qu'on a fait jusque là, et sur celle de ce qu'on compte faire par la suite.

C'est pas tout l'un tout l'autre.

L'indépendance, c'est pas l'autarcie !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Chlo

le lundi 08 avril 2013 à 16h57

invité
quel gage d indépendance de vouloir se mettre en couple si ce n est vouloir le beurre ,l argent du beurre et le sourire de la crémière..franchement j ai du mal avec ça ,avec ce genre de témoignage ..désolée

Ton jugement ne m'intéresse pas, il t'appartient. Sans doute as-tu de bonnes raisons pour venir le planter ici, mais il ne germera pas, ni en toi, ni en moi et j'en suis désolée pour toi. J'ai le plus grand respect pour les gens qui m'entourent, je n'ai pas à rougir ni de ce que je suis, ni de ce que je fais

#

invité (invité)

le lundi 08 avril 2013 à 17h07

oula désolée d émettre une opinion contraire a la tienne ..bon courage donc avec ta culpabilité

#
Profil

Nanou-monogame

le lundi 08 avril 2013 à 17h39

Cendre

Alors oui, je culpabilise d'être aussi égoïste.

Mais m'aimer, moi même avant tout, c'est accepter cela aussi.

Message modifié par son auteur il y a 6 heures.

Cette phrase de la part d'un poly me fait toujours grincer des dents :-/
Une personne exclusive aussi......alors tu fais quoi?

Sinon une question pour chlo me taraude, ne sont t'ils pas parti, l'un comme l'autre, dans le déni à la base?parce que dans ce cas tu es dans la merde :-/ mais je pense que c'est un point à éclaircir

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 17h59

invité
oula désolée d émettre une opinion contraire a la tienne ..bon courage donc avec ta culpabilité

En même temps, "tu veux le beurre et l'argent du beurre et le sourire de la crémière", c'est émettre une opinion "contraire" sans dire grand chose. Un truc aussi lapidaire, tu t'attends pas à ce que l'autre travaille vraiment dessus, si ?

#

invité (invité)

le lundi 08 avril 2013 à 18h55

bah peut être ..ce qui me choque c est que chlo soit marié ,que son mari souffre ainsi que son autre amoureux..c est la merde pour eux ..malgrés ça elle serait prête a se mettre en couple avec un monogame si elle était célibataire..j sais pas mais je pense qu il existe d autres formes d engagement ..a mois qu on apprenne rien de la souffrance de ceux qu on aime non?

#
Profil

Chlo

le lundi 08 avril 2013 à 19h25

Nanou-monogame
Sinon une question pour chlo me taraude, ne sont t'ils pas parti, l'un comme l'autre, dans le déni à la base?parce que dans ce cas tu es dans la merde :-/ mais je pense que c'est un point à éclaircir

Mon mari, je ne crois pas, notre démarche est conjointe, nous l'avons démarré ensemble et avons toujours beaucoup échangé. C'est plutôt qu'entre théoriser et vivre, il y a une grande différence et que ça a fait ressurgir chez lui (comme chez moi d'ailleurs) des peurs ou des choses à régler. Ce qui d'ailleurs me semble plutôt normal et sain. Quant à mon autre amoureux, je ne saurais dire. Mais ce qui me semble évident, c'est que malgré le fait que nous en ayons parlé de suite, il a pris cet état de fait, disons sans réfléchir réellement aux conséquences éventuelles, je pense

#
Profil

Chlo

le lundi 08 avril 2013 à 19h36

invité
bah peut être ..ce qui me choque c est que chlo soit marié ,que son mari souffre ainsi que son autre amoureux..c est la merde pour eux ..malgrés ça elle serait prête a se mettre en couple avec un monogame si elle était célibataire..j sais pas mais je pense qu il existe d autres formes d engagement ..a mois qu on apprenne rien de la souffrance de ceux qu on aime non ?

Mon mari ne souffre pas du polyamour, il souffre de la manière dont il aime, c'est très différent. Cette nouvelle vie l'a juste obligé à se pencher dessus.
Pour ce qui est de se mettre en couple, c'est une question que m'a posé Siestacorta sur une éventualité qui n'existe pas, à savoir si je n'étais pas mariée. Le problème ne se pose donc pas, vu que je suis mariée et que je compte le rester. Quand bien même, je n'ai pas dit que j'étais prête à me mettre en couple avec un monogame, j'ai dit que j'aimerais sans doute le faire mais que ma qualité de polyamoureuse rendait la chose impossible, vu que lui ne l'était pas.
Quant à apprendre de la souffrance de l'autre, oui j'apprends, je souffre aussi comme eux, ce n'est heureusement pas une constante ni pour eux ni pour moi, mais plutôt une problématique dont nous aimerions trouver tous les trois la solution.

Siestacorta : Bon du coup, tu n'as pas enchainé sur ta problématique posée du départ :)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Chlo

le jeudi 11 avril 2013 à 09h13

J'ai beaucoup réfléchi et discuté avec mon amoureux (on va dire L.) et mon mari depuis ce premier message et j'en viens à me demander si ce que je vis ne ressemble pas plus à de l'adultère consenti, qu'à du polyamour. Dans les faits, j'ai la sensation que tous les deux sont dans une phase d'acceptation, mais quid de la construction ? D'un côté mon mari me dit qu'il souhaite que l'on continue sur cette voie, mais passe surtout du temps centré sur lui et ses questionnements, me culpabilise régulièrement et au final, j'ai la sensation que nous ne faisons rien réellement pour construire dans cette voie. Ma relation avec L. reste dans les faits une relation amant-maitresse, parce que mon mari ne souhaite pas que je puisse, par exemple, dormir chez L. Comment construire une relation si on ne vit pas du quotidien mais seulement des rv minutés ? Du côté de L., il ne souhaite pas rencontrer une nouvelle fois mon mari, il dit qu'il n'en ressent pas le besoin et quand je lui demande s'il pense qu'il vivrait mieux notre relation si justement on pouvait partager du quotidien, il dit qu'il prendrait, mais qu'il ne sait pas si ça suffirait. Je sens bien qu'au fond, ce que je pourrais donner ne sera jamais assez, tant ses attentes sont immenses...Je ne me retrouve pas dans cette manière de vivre un mari-un amant, ce n'est pas du tout ainsi que je conçois le polyamour...Du coup je me demande si c'est juste une question de temps, si c'est toujours ainsi dans les débuts ou si au final, je me fourre le doigt dans l'oeil

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion