Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Utopie, projet en l'air, Shortbus.

Social
#
Profil

Siestacorta

le lundi 19 janvier 2009 à 15h41

Qui a vu Shortbus ?

Ce film, là :
www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=110133.ht...

(patienter pendant le passage publicitaire habituel d'allociné... gnnn...)

Je rêve d'un lieu du même genre que ledit shortbus (étymologie donnée dans le film : bus scolaires déstinés aux enfants surdoués ou handicapés, donc les bus pour ceux qui n'entrent pas dans le modèle normal)
Je le vois moins orienté sexualité que pour la rencontre des outsiders de toutes les petits groupes sociaux décalés qui aiment non pas seulement leur différence mais la différence en général : les poly, les homos, les bbw/FA, les atlers de tout poil ou crête, et bien sûr les simples curieux..
Un truc chaleureux, ou tu viendrais justement pour te mettre en vacances de la société et des jugements normatifs...

#
Profil

Paul-Eaglott

le mardi 20 janvier 2009 à 00h57

Rêve partagé, Siestacorta !

Ce film est une référence absolue pour moi, et la qualité d'émotion et de sensibilité qui émane des scènes y compris les plus sexuellement débridées, m'a fait pleurer de bonheur...

S'il existait un lieu tel que le Shortbus imaginé par James Cameron Mitchell pour son film, je suis certain que nos vies seraient plus belles et plus sereines...

#
Profil

Ned

le mardi 20 janvier 2009 à 08h45

Le plus beau film d'amour de ces dix dernières années, au bas mot, pour moi... :)

#
Profil

MiV

le mardi 20 janvier 2009 à 09h37

Non, je ne l'ai pas vu, je ne le connaisais pas, j'en avait pas entendu parler si ce n'est récement sur ce forum ou un autre sur le même sujet...
Je viens de suivre le lien et cela me donne fort envie de le voir...

#

(compte clôturé)

le mardi 20 janvier 2009 à 13h31

Oui je l'ai vu au ciné et j'ai même acheté le dvd pour le revoir, ça m'a beaucoup plu, pasque c'est sexe et touchant et émouvant et aussi drôle .
Et puis ça questionne la norme, ça laisse la place à la diversité.
Un lieu comme celui là serait génial, mais ça doit peut-être déjà existé, à Paris, non ?
Ou alors faudrait en créer un, un local associatif (réservé aux adhérents de l'assos, adhésion pas cher pour tous) avec un bar, des canapés, tables, un peu de musique, un coin câlin et après on verrait bien ...
J'imaginais ça dans les rencontres polyamour, non ?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 20 janvier 2009 à 14h39

Peut-être qu'un tel lieu existe à Paris, mais dans ce cas, je ne suis pas dans cercle des initiés.

Justement, le coin câlin, c'est un point important...
Ce qui existe, ce sont des boîtes échangistes.
Là aussi l'ambiance est décontracte. Pour ce que j'en sais, et je me fie plus aux gens qui aiment qu'à ceux qui n'y trouvent rien pour imaginer une ambiance.

Mais si je trouve nécessaire que le coin câlin soit présent, ce sont d'autres spécificités du lieu qui m'attireraient le plus.
Ce à quoi Shortbus me fait rêver, c'est moins polyamourland que polyaltéritéland...

#
Profil

Siestacorta

le mardi 20 janvier 2009 à 14h49

A propos du film, d'ailleurs, une connaissance plus âgée et plus délurée que moi, avait été moins emballée.
En fait, ayant vécu une vie très libre, elle trouvait que beaucoup des personnages évoluaient dans la peur, la difficulté, que cette vision du sexe que je trouve très lucide était finalement assez flippée.

Et c'est vrai, après coup, que ce film fait plus office de contre-exemple, de résistance à la grisaille contemporaine que de reflet d'une liberté simple. On est loin des communautés baba-cools, des bons sauvages, ou même de l'hédonisme sans entrave.

Par contre, on est à fond dans la tentative de liberté. Et ça, c'est booooon. Raaaahoui.

#

(compte clôturé)

le mardi 20 janvier 2009 à 16h14

c'est vrai que le film est assez flippé mais c'est notre époque qui veut ça, c'est fini l'insouciance des années 60/70, d'ailleurs dans le film film le travesti chanteur le dit à quelqu'un, en parlant du lieu et des gens.
Je me dis que ça doit une peu se passer comme ça dans les rencontres queers ou transpédégouines comme pour le festival xxyz à Toulouse, le myspace:
profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.view...

voilou

#

françoise (invité)

le mercredi 21 janvier 2009 à 14h13

J'ai beaucoup aimé l'esthétique du film "Shortbus", et surtout le personnage de la "mère maquerelle" transsexuelle (ou travesti) qui a une lucidité formidable (et une voix d'une sensualité inouïe, mais j'ai trouvé que les autres personnages semblent assez flippés, pas heureux. Il existe déjà des lieux où se retrouvent toutes sortes de sexualités, à l'ambiance cool et chaleureuse (plus des saunas que des clubs échangistes), mais en même temps cela me gêne qu'il faille des lieux, de l'organisation, du commercial pour vivre des relations plurielles en nombre et en nature. Pourquoi ne pas le faire soi-même, avec les gens qu'on aime au lieu d'aller sur un site ou dans un lieu spécifique avec des gens inconnus?

#
Profil

bohwaz

le mercredi 21 janvier 2009 à 16h26

Oui c'est un très beau film, plein de vie, qui pour moi révolutionne le jeu et la direction d'acteur, un des plus beaux et plus intéressants films de ces dernières années, sinon le plus intéressant, rien que par sa démarche singulière.

#

(compte clôturé)

le mercredi 21 janvier 2009 à 18h56

réponse à Françoise (invité):
cela me gêne qu'il faille des lieux, de l'organisation, du commercial pour vivre des relations plurielles en nombre et en nature. Pourquoi ne pas le faire soi-même, avec les gens qu'on aime au lieu d'aller sur un site ou dans un lieu spécifique avec des gens inconnus ?

Oui c'est vrai qu'on peut le faire soi-même chez soi ou chez des amis, mais lorsqu'on connaît pas des personnes pansexuelles ou je-sais-pas-quoi, comment et où peut-on les rencontrer ?

#

(compte clôturé)

le mercredi 21 janvier 2009 à 23h34

Heuh, Françoise... tu as cherché des gens comme ça, ou ce sont des relations qui se sont aiguillées peu à peu vers cette configuration? Et tu as compris ça comment, tu l'as nommé comment? Là, on est sur un site où on nomme le phénomène, on le désigne, mais pas forcément en le vivant... Rechercher la compagnie de pansex, (j'essaie un néologisme, pour voir ce que ça donne... bof... on dirait une marque de sparadrap...), c'est pas un peu prendre les choses à l'envers?

A part ça, j'ai franchi un pas cet après-midi : été boire un jus avec un copain pas revu depuis 10 ans, et quand il m'a demandé où j'en étais sentimentalement, je lui ai dit que je me sentais à l'aise dans le PA. Voilà, j'ai fait mon coming-out! Y a que le premier pas qui coûte, kikadissa?

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 janvier 2009 à 00h32

Françoise > le lieu n'est pas seulement fait pour rencontrer, mais, aussi surtout trouver une ambiance accueillante.
Une part du plaisir du polyamour est de redonner une saveur d'aventure à la vie, gratuitement, sans passer par les voies du commerce...
Mais c'est aussi une identité, et trouver un lieu où la sympathie altérophile (pas de h, donc) serait de mise, ça soutiendrait bien.

ET ça n'a pas à être commercial...
Idéalement ce serait sans doute plutôt un clandé, mais hem, sous sarkozy je le sens pas.

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 janvier 2009 à 07h37

La construction de mon dernier message prête à confusion... Françoise, je choisis ta position envers le PA plutôt que celle de Siestacorta. Et Siestacorta, je peine un peu, là... clandé, tu dis ça pour rire? Via le mail, difficile de saisir l'intenttion :-))

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 janvier 2009 à 10h36

un mot pour siestaCorta:

Quand tu dis clandé, tu veux parler d'un squatt ou quelqu'un qui prête son sous-sol, sa cave ... ou quoi,sinon ??

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 janvier 2009 à 11h00

Un clandé... ce sont des bars illégaux. Il y en a qui durent, plus que des squatts, puisqu'ils vendent leur alcool sans payer l'impôt, ils peuvent payer un loyer à un proprio pas trop regardant.

Mais c'est vraiment des plans particuliers, je connais le principe, pas les adresses ;-)

Il y a aussi les club privés, mais là on se rapproche de nouveau des clubs sex. Bof...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 janvier 2009 à 11h17

Clémentine : en clair, je ne propose pas du tout de créer un clandé.
Pas tellement parce que c'est illégal (beaucoup trop de bonnes choses sont illégales, interdites ou déconseillées : laissez-nous nous responsabiliser, graheu), mais parce que je suis un petit joueur bien incapable de mettre un tel truc en place.
Trop petit bourge d'origines je suis, pas assez punk :-)

Quand à ma conception du PA, elle n'est pas si définie que ça, quand même ? Qu'est-ce qui te fait sourciller dessus ?

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 janvier 2009 à 11h29

Et je radote encore :

mon idée/fantasme/projet en l'air de Shortbus, là, c'est pas une boîte à calins plus ou moins poussés, c'est plutôt un lieu de rencontre "come as you are".

A paris, on a 100 occasions d'entrer dans des lieux où la faune est profondément différente de celle du monde de la surface.
Mais ce sont des lieux qui se restreigne à une identité, ou une communauté : les gothiques, les fêtards de rave-parties, les artistes, les homosexuels, les homo-folles, les homo-bears, les malien, les algériens, les bbw & FA... Le freak, c'est chic !

Ce dont je rêve, c'est d'un lieu à la "tolérance extrême", où seraient invités des gens qui aiment la pratique ou la rencontre de mode de vie très singuliers, mais ne souhaitent pas rester pour autant cernés par des communautés définies devenant porteuses de nouveaux conformismes.

J'en parle ici parce que le polyamour est justement basé sur une reconnaissance de l'autre et de soi intègre, à la fois très individualiste (au sens noble) et très partageuse et ouverte.

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 janvier 2009 à 11h41

"Ce dont je rêve, c'est d'un lieu à la "tolérance extrême", où seraient invités des gens qui aiment la pratique ou la rencontre de mode de vie très singuliers, mais ne souhaitent pas rester pour autant cernés par des communautés définies devenant porteuses de nouveaux conformismes. "

D'accord je vois ce que tu veux dire, c'est vrai que ce type de lieu reste à inventer pasque c'est tjs très identitaire, c'est bien que ces lieux identitaires existent pour que les personnes se retrouvent mais ce serait bien que les "décalés", les singuliers puissent se rencontrer, se retrouver aussi ailleurs.

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 janvier 2009 à 14h15

Ben tu vois Siestacorta, on fait bien de se mettre au clair: un clandé, pour moi, c'est un bordel... Tu captes pourquoi j'ai moufté?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion