Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Fiction / conte sur le polyamour ?

Culture
#
Profil

Anarchamory

le mercredi 20 mars 2013 à 22h29

Bonsoir,

Je ne retrouve plus le lien vers cette petite histoire qui permettait de faire comprendre le polyamour en imaginant un monde où il était possible et accepté d'avoir plusieurs amants, mais où le tabou portait sur l'amitié, et où tous les petits garçons et les petites filles rêvaient de trouver l'Ami.
Quelqu'un peut m'aider ?...

#
Profil

Boucledoux

le jeudi 21 mars 2013 à 00h06

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 21 mars 2013 à 06h11

Boucledoux
voila

Super ! Merci beaucoup... :-)

#
Profil

alps

le jeudi 21 mars 2013 à 09h06

MetaZet
Bonsoir,

Je ne retrouve plus le lien vers cette petite histoire qui permettait de faire comprendre le polyamour en imaginant un monde où il était possible et accepté d'avoir plusieurs amants, mais où le tabou portait sur l'amitié, et où tous les petits garçons et les petites filles rêvaient de trouver l'Ami.

Quelqu'un peut m'aider ?...

Je suis en train de reflechir à une histoire où c'est la non exclusivité qui serait la norme. Et là deux gens tomberaient follement amoureux en choisissant d'etre exclusif.

elements clefs du type. Police des moeurs, Interdiction des mariages à durée indeterminée, interdiction de passer plus de x années avec la meme personne.

Il ne s'agit que de la toile de fond. L'intrigue meme serait menée par des elements classiques de sf et un toit idéologioque politique.

Il s'agit là d'un divertissement. Un divertissement ou l'on serait très proche de l'uchronie. Divertissement ayant pour but de montrer en quoi notre société actuelle n'est pas si mauvaise. On a tendance à toujours critiquer notre société et son mode de vie. Et je ne parle pas de l'aspect sexuel ici. L'aspect polyamoureux ne servant qu'à dépayser le lecteur.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Evavita

le jeudi 21 mars 2013 à 10h33

alps
Je suis en train de reflechir à une histoire où c'est la non exclusivité qui serait la norme.

[...]

Interdiction des mariages à durée indeterminée, interdiction de passer plus de x années avec la meme personne.

[...]

L'aspect polyamoureux ne servant qu'à dépayser le lecteur.


Je sais bien qu'il existe autant de type de relation polyamoureuses que de polyamoureux mais il me semble (non en fait, je suis certaine :P ), qu'assimiler la non-exclusivité à l'éphémère et l'exclusivité à une relation long terme, sont de monstrueux amalgames!

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

alps

le jeudi 21 mars 2013 à 10h39

Evavita
Je sais bien qu'il existe autant de type de relation polyamoureuses que de polyamoureux mais il me semble (non en fait, je suis certaine :P ), qu'assimiler la non-exclusivité à l'éphémère et l'exclusivité à une relation long terme, sont de monstrueux amalgames !Message modifié par son auteur il y a 10 minutes.

c'est une toile de fond pas un essai sociologique. ca n'a pas vocation a representer le polyamour et ses differentes composantes. en sf on met en avant les defaux en allant jusqu'a l'extreme.

quand un film sort sur le clonage on parle moins des vies sauvees et des progres dans la medecine que des guerriers clones conditionnes a tuer des leur naissance.
et dans ce cas a part les pros clonage ca ne gene personne.

quant a monstrueux amalgame. je ne suis pas d'accord. faudrait comparer le taux de relation qui dure toute une vie dabs une relation polyamoureuse et une relation monogame. si un mariage sur deux se solde par un divorce un sur deux dure pour le restant d'une vie.

y a t il des statistiques de ce type concernant le polyamour qui te permettent d'affirmer que c'est un amalgame ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

gdf

le jeudi 21 mars 2013 à 11h00

alps
Police des moeurs, Interdiction des mariages à durée indeterminée, interdiction de passer plus de x années avec la meme personne.

Si tu veux mettre en lumière les risques de dérive de la non-exclusivité, ce n'est pas une dictature pleine d'interdiction qu'il faut prendre en toile de fond, mais plutôt une société libertarienne où il n'y a pas de lois générales, seulement des accords individuels.

alps
Existe t il des statistiques ?

A la lecture des interventions de ce forum, il y a plus de defenseurs du long terme que du court terme.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 21 mars 2013 à 11h25

Et même que c'est d'ailleurs un reproche constant formulé au polyamour, comme quoi ça ne serait pas viable sur le long-terme...
(et je ne parle pas des amalgames avec la promiscuité sexuelle, le donjuanisme, la polygynie...)

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 21 mars 2013 à 11h27

Pour donner un "électrochoc" aux gens, il faut, à mon avis, décrire un monde où l'exclusivité - ou plus généralement, un tabou quelconque - concernerait autre chose que le sexe ou l'amour, quelque chose qui, dans notre monde, ne souffre pas d'une telle exclusivité, d'un tel tabou.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Evavita

le jeudi 21 mars 2013 à 11h57

alps
en sf on met en avant les defaux en allant jusqu'a l'extreme.

Message modifié par son auteur il y a 10 minutes.

Merci de pointer les évidences, je ne l'aurais pas dit mieux que toi. Mais pour tirer une chose à l'extrême, il faut une base! Dans ton exemple, la base c'est le clonage. Dans "L'Attaque de la moussaka géante" et bien il y a une part de moussaka à la base : pas de moussaka, pas de scénario ;) (flûte maintenant j'ai envie d'en manger une, à bein bravo!). Dans "ravage" beaucoup de familles vivent avec leurs morts embaumés dans une des pièces de leurs habitations, dans ce cas la base c'est la capacité de pouvoir parfaitement embaumer un corps sans qu'il se dégrade au cours du temps. Etc...

Donc je crois que nous sommes bien d'accord que ce qui compte ici c'est si effectivement le fait qu'une relation ne dure pas (bouh, j'aime pas cette manière de formuler, help) est une caractéristique des amours non-exclusifs qui pourrait servir de base à ton histoire. Par contre du coups, il ne s'agit en aucun cas de jouer au quéquettausore de quelle type de relation dure ou pas.

alps
y a t il des statistiques de ce type concernant le polyamour qui te permettent d'affirmer que c'est un amalgame ?

Dire que c'est un amalgame est le simple fait de faire remarquer que l'on met ensemble deux notions sans rapport apparents ensemble. Et ça reste le cas tant que le rapport n'a pas été prouvé. Par conséquent ce n'est pas à moi d'aller chercher des bases pour prouver le non rapport mais à toi de me prouver que ce rapport existe réellement si tu veux confirmer tes dire.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 21 mars 2013 à 12h45

alps

Il s'agit là d'un divertissement. Un divertissement ou l'on serait très proche de l'uchronie. Divertissement ayant pour but de montrer en quoi notre société actuelle n'est pas si mauvaise. On a tendance à toujours critiquer notre société et son mode de vie. Et je ne parle pas de l'aspect sexuel ici. L'aspect polyamoureux ne servant qu'à dépayser le lecteur.

Ca s'appelle une dystopie, en gros, une utopie néfaste. Ene xemple : le Meilleur des mondes, 1984, Farenheit 451, ou même le futur des Eloïs et Morlocks dans la Machine à explorer le temps.
Note que dans "Le meilleur des mondes" de Huxley, il y a déjà l'utilisation de la satisfaction sexuelle comme moyen de contrôle social.

Par contre, si tu t'orientes plus vers le divertissement que vers le descriptif satirique, donc plus vers Farenheit que vers 1984, ça peut être avec plusieurs personnages plongés dans des dilemmes, plutôt qu'avec un seul "candide". Tu peux trouver sur ce forum, en plus du polyamour comme concept, des inspirations sur les positions des individus qui souhaitent que chacun ait le choix de fonctionner selon ses besoins. Ca te donne une idée de réactions crédibles.

Par contre, dans quel cadre politique/ idéologique l'exclusivité à long terme aurait-elle intérêt à être interdite ? Selon les motivations de quelle classe sociale ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Leolu

le jeudi 21 mars 2013 à 14h46

Evavita
Je sais bien qu'il existe autant de type de relation polyamoureuses que de polyamoureux mais il me semble (non en fait, je suis certaine :P ), qu'assimiler la non-exclusivité à l'éphémère et l'exclusivité à une relation long terme, sont de monstrueux amalgames !

Amalgame d'autant moins justifié que, en fait, ne serait-ce pas l'inverse ? (statistiquement)

- Je vois bien souvent le Polyamour comme la persistance d'un couple, malgré l'envie d'aller voir ailleurs. Donc une relation qui s'allonge au-delà d'une mort annoncée.

- Là où le monogame aurait arrêté la relation par un divorce ou une séparation. Donc une relation plus éphémère (le taux de divorce me permet de généraliser un peu...)

- L'éphémère chez les polyamoureux pourrait se situer le plus souvent dans les relations "secondaires" (même si pas toujours), ce qui donnerait cette fausse impression de brièveté.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 21 mars 2013 à 15h34

<mode déconstruction>
Euh, on s'en fout pas un peu de la durée des relations ? Ne serions nous pas en train d'essayer de remplacer un gage de sérieux (l'exclusivité) par un autre (la durabilité) ? Avons nous vraiment besoin d'accumuler des preuves que nous sommes des gens valables ?
</mode déconstruction>

#
Profil

gdf

le jeudi 21 mars 2013 à 15h39

LittleJohn
<mode déconstruction>

Euh, on s'en fout pas un peu de la durée des relations ? Ne serions nous pas en train d'essayer de remplacer un gage de sérieux (l'exclusivité) par un autre (la durabilité) ? Avons nous vraiment besoin d'accumuler des preuves que nous sommes des gens valables ?

</mode déconstruction>

Je pensr que la durabilité est une valeur poly amoureuse, ie les coups d'un soir ne sont pas forcément interdits, mais il s'agira plus de libertinage que de polyamour.
Après, durabilité ne veut pas dire indissolubilité. Longtemps, ce n'est pas forcement éternellement.

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 21 mars 2013 à 16h02

C'est peut-être une de tes valeurs. Je ne connais pas de charte du polyamour à laquelle on devrait adhérer pour se permettre de se dire polyamoureux. Il y a certes quelques éléments de base — acceptation, connaissance, réciprocité (je m'interdit d'utiliser le mot règle) — au fonctionnement polyamoureux, mais le reste, c'est selon chacun.

Alors, oui, ça fait du bien à l'égo de penser qu'on adhère à des valeurs supérieures (et je ne doute pas que nombreux parmi nous adhèrent à des valeurs tout à fait... valables), ça simplifie les discours — "tu vois, nous ne sommes pas de vils dépravés" — mais ça ne fait pas avancer la déconstruction de la norme mono, parce que le temps et l'énergie passés à nous conformer à d'autres valeurs dominantes (la durabilité, le "sérieux" des relation — vs le libertinage qui ne nous a rien fait ni rien demandé, merci pour lui) n'est pas utilisé à discuter du bien fondé de ces valeurs (genre "mais, dis moi, pourquoi tu penses que le sexe sans amour, c'est mal ?", "pourquoi un amour de vacances aurait moins de valeur qu'un amour de dix ans ?").

Et puis ça fait de nous des donneurs de leçon !

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 21 mars 2013 à 18h06

Ça ne m'intéresse pas trop de déconstruire une norme pour la remplacer par une autre, ni même de faire émerger une norme.
En revanche, ce qui m'intéresse est de permettre le choix, que le mode de relation, quel qu'il soit, demeure l'expression de son libre arbitre et non un chemin balisé par les autres.

Pour ce qui est des valeurs, je ne crois pas que le polyamour en cèle plus. Je ne crois même pas que le polyamour rende plus heureux que le monoamour par nature.
Dans les faits, c'est autre chose, je crois simplement que c'est le choix (obligatoire en ce moment en ce qui concerne le polyamour) et ce que nous faisons de nos choix qui nous rend plus libres peut-être, plus responsables de nos vies, plus engagés, plus investis. La difficulté de ce choix participe de notre individuation.

Pour ma part, si je parle de durabilité, je vais plutôt en faire un attribut du sentiment amoureux, de la perception de cette pulsion de vie que je veux garder vivace et qui peut me conduire à vivre plusieurs relations.
La durée des relations m'importe peu, à ceci près que cette façon d'entrevoir mes relations permet aussi de multiplier les engagements, les investissements, de limiter les souffrances dues aux éloignements
Je ne fais pas de distribution particulière entre le sexe et le sentiment dans la relation, entre le temps passé et la disponibilité, entre l'engagement et la spontanéité, en tout cas pas de manière figée. J'essaie juste d'échapper à l'erreur qui consisterait (pour moi) à vivre le polyamour comme une démultiplication du monoamour, avec tout ce que je fuis, rapport de force, cloisonnement, mensonge, jugement etc.

#
Profil

Cendre

le jeudi 21 mars 2013 à 18h09

LittleJohn, j'aime beaucoup ta déconstruction.
Je mets ça avec le fait que je ne veux plus faire de projet de vie.

Des projets au boulot, ok, mais pour la vie, siouplait, pour une fois que j'arrive à penser mon avenir autrement qu'en terme de planning, la société va pas me tomber dessus en me stigmatisant "c'est mal !"
Revoir l'échelle de valeur, remettre le ici et maintenant au centre de ma vie, j'en suis là, j'y travaille en tout cas.

Mais je vais quand même revenir sur la questions de valeurs. Parce que moi aussi, à la lecture de alps, j'ai été interloquée par l'association non-exclusif=CDD.
Et c'est ce terme de Siesta qui m'a fait tiquer exclusivité à long terme : et si le problème n'était pas tant dans l'amalgame (relation poly = relation éphémère) que dans la recherche de l'opposition ?

Pour alps, il semble que l'opposé de relation poly soit relation exclusive à long terme, ce modèle idéaliste vendu par tous les contes (ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants), et pourtant complètement inatteignable par grand nombre de la population.
C'est peut être pas si faux que ça, pour moi en tout cas.

Siestacorta
Par contre, dans quel cadre politique/ idéologique l'exclusivité à long terme aurait-elle intérêt à être interdite ? Selon les motivations de quelle classe sociale ?

J'aimerais bien également envisager le climat social dans lequel l'exclusivité à long terne ne serait pas interdite, mais méprisée, dévalorisée, perçue comme une faiblesse de la part de ses adeptes.

Quoi ? Tu t'interdis d'aimer quelqu'un d'autre que bidule ? mais mon pauvre, c'est quoi ton infirmité pour avoir honte comme ça ? Aller ! décoince toi ! ça te fera du bien !

...
C'est peut être une idée très fausse, mais je me demande s'il n'y a pas déjà des milieux qui diffusent déjà ce type de préjugés (pas forcément sur le polyamour, mais sur les pratiques sexuelles, par exemple)

#
Profil

gdf

le jeudi 21 mars 2013 à 20h15

LittleJohn

Alors, oui, ça fait du bien à l'égo de penser qu'on adhère à des valeurs supérieures (...)
nous conformer à d'autres valeurs dominantes (la durabilité, le "sérieux" des relation (...)
Et puis ça fait de nous des donneurs de leçon !

le fait d'avoir des valeurs ne veut pas dire qu'elles sont supérieures aux autres ou qu'on veut les rendre dominantes, ou qu'on donne des leçons.
Le polyamour concerne la construction de relations, et la construction ça prend du temps. C'est pour ça qu'il me semble que la durabilité fait partie des valeurs du polyamour. Je peux me tromper,mais il me semble les gens qui viennent témoigner sur ce forum ont tendance à raconter "je suis en couple, j'ai rencontré quelqu'un d'autre avec qui j'aimerais passer du temps", plutôt que "je suis en couple, j'ai rencontré quelqu'un que je n'ai pas l'intention de revoir".

#
Profil

Boucledoux

le vendredi 22 mars 2013 à 00h12

alps
c'est une toile de fond pas un essai sociologique. ca n'a pas vocation a representer le polyamour et ses differentes composantes. en sf on met en avant les defaux en allant jusqu'a l'extreme.

Tu as complètement raison Alps. Ce qui est intéressant en SF (et dans la littérature de critique sociale en général) c'est de caricaturer et stigmatiser encore plus des comportements minoritaires en renforçant les préjugés qu'ils se prennent déjà dans la gueule au quotidien. C'est vachement plus fun que tous ces farenheit ou autres 1984 qui faisaient bêtement une critique du pouvoir en poussant à l'extrême les dérives totalitaires qu'ils constataient dans la société.

Tiens, pour éclairer plus précisément ta démarche, tu pourrais faire la même chose en poussant à l'extrême les préjugés contre les homos, les juifs ou les noirs ? Bon, les arabes et les musulmans c'est pas la peine, Manuel Valls le fait déjà très bien tous les jours.

LittleJohn
<mode déconstruction>

Euh, on s'en fout pas un peu de la durée des relations ? Ne serions nous pas en train d'essayer de remplacer un gage de sérieux (l'exclusivité) par un autre (la durabilité) ? Avons nous vraiment besoin d'accumuler des preuves que nous sommes des gens valables ?

</mode déconstruction>

merci LittleJohn (+)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 22 mars 2013 à 00h50

"Durabilité". Garantie, comme les piles et les plannings d'investissement.
C'est vrai que c'est comme les annonces de rencontres qui disent "je cherche une relation sérieuse". Ah. Ouais. Donc on signe où pour arrêter de se marrer ?

La durée, c'est pas un but, mais un état de fait (et des pâtisseries surestimées).
C'est pas comme si se définir poly ou mono y changeait quelque chose.
Et les relations amoureuses sont pas une course au mérite, comme le dit LittleJohn.

Ceci étant dit, pour un poly, durabilité et éphémère s'excluent pas particulièrement... précisément parce que poly, ça peut vouloir dire plusieurs types de relations, de durées.
Quand on parle de polythéisme, ça veut pas dire qu'on a trois dieux de la justice d'égale importance. Yen a un de la justice, un des pâquerettes du jardin nord, et un du ciel, aussi. C'est pas savoir qui est le plus fort qui compte, mais dans quel état d'esprit on s'y adresse.

Donc pour certains poly, que des durées plus ou moins courtes n'excluent pas une (des) relation(s) plus durable(s), c'est justement un des intérêts de parler de poly. On voit vraiment vraiment pas pourquoi des polys voudraient empêcher qu'une relation dure, si ils la vivent bien ?
Durable et éphémère... C'est plutôt un parti pris mono de rendre ces dimensions affectives mutuellement exclusivet. Mettre cette intention dans la tête de poly, c'est plus du fantasme que de la SF.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion