Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Sûre de qui je suis mais un peu perdue quand même...

Témoignage
#

Kaia (invité)

le dimanche 27 janvier 2013 à 15h13

Bonjour,

Je viens comme beaucoup ici, demander un peu d'aide. J'ai parcouru pas mal les sujets du forum je ne trouve pas véritablement de "réponse".
Voici la situation, je vis en couple depuis 11ans je suis toujours très amoureuse de mon chéri, nous avons 2 enfants et j'ai découvert que j'étais une poly amoureuse depuis seulement 4mois. Avant je pensais que j'étais juste une sa--pe sans remords. Car je l'ai trompé 3 fois, sans culpabiliser, je me sentais dans mon droit.
Je suis soulagée d'avoir mis un mot sur ce qui m'arrive.
Cela fait quelques mois que j'éprouve de la tendresse pour un de nos amis, nous avons fait l'amour 2 fois, mais je ne voulais pas que ce soit caché, je ne voulais pas d'un amant et je ne voulais pas mentir à mon conjoint. Il y a 2 mois j'ai commencer a evoquer le sujet, d'avoir des relations chacun de son cote, il ne l'a pas tres bien pris mais a dit qu'il allait reflechir.
Hier ayant des doutes il m'a posé la question, savoir si j'avais une relation avec cet ami...j'ai saisi la perche je lui ai tout dit. Libérée enfin assumé!
Depuis hier c'est la débandade, mon conjoint est fou, un moment il veux me quitter, l'autre il me dit qu'il m'aime. Il souffre énormément. J'en arrive même à me dire que je suis vraiment une grosse co--e de briser ma famille pour des sensations si agréables mais moins importantes que ma famille...mais au fond de moi je sis que je ne changerai jamais, même si je compte évidement mettre ma relation avec "l'autre" de côté.
Voici mes 2 questions:
Étouffer sa véritable nature est ce possible? Puis je trouver ailleurs ce que je ravale en moi?
Mon conjoint a t il une réaction normale? J'ai peur qu'il me quitte, j'aime ma vie...je suis juste un peu gourmandes d.emotions sincères.
Si certain (j'imagine que oui ^^) sont passés par la, je serais terriblement heureuse de vous lire! Car la, c'est champs de bataille...
Merci beaucoup.

#

yep (invité)

le dimanche 27 janvier 2013 à 15h46

Bonjour,

1. Je suis certain qu'on peut étouffer certains de nos désirs, élans, etc...Ce n'est pas très difficile à prouver, cela dépend simplement de notre construction personnelle, de notre réflexion (par exemple quand tu dis que ta famille est importante) et de nos priorités.

2. La réaction de ton mari est parfaitement normale, mais ça ça ne t'aide pas de le savoir et je pense que tu le savais déjà, c'est pourquoi c'est problématique. Cela dit il est attendu qu'une personne réagisse mal à la découverte de l'adultère de son partenaire. On pourrait dire que c'est un comportement "normal", l'inverse un partenaire qui prendrait cette nouvelle avec enthousiasme ou indifférence est beaucoup moins attendu ou normal, et même il pourrait être interprété comme la preuve de l'absence de sentiment amoureux chez lui.

Bonne après midi.

#

Kaia (invité)

le dimanche 27 janvier 2013 à 22h56

merci d'avoir pris le temps de me répondre.
C'est vrai que dans l'urgence, j'ai posé des questions un peu stupides dont je connais évidement la réponse.
Ce que je voudrais tant savoir finalement, c'est si mon conjoint, qui m'a répété 1000 fois aujourd'hui qu'il n'accepterai jamais cette situation est susceptible de changer d'avis avec le temps. Si d'autres personnes ici ont aussi été confronté à un refus catégorique dans un premier temps et voir leur partenaire doucement se familiariser avec la situation.
Je vais mettre mes sentiments dans une boite que je vais fermer pour le moment. Mais je ne sais pas si je vais pouvoir les garder toute ma vie bien caché en dedans. de peur de dessécher, de peur d'en vouloir à mon conjoint de vouloir me posséder, alors que je comprends tellement son malaise. Aujourd'hui, c'est moi qui fait un pas vers lui pour le préserver et préserver notre vie, mais, sous prétexte que lui est pleinement satisfait que de moi, et que c'est la norme, suis je coupable?
Toute histoire est différente...mais ce soir je suis terriblement triste. Triste de faire souffrir mon amour et triste de savoir que je suis privée de l'autre.
Le temps, peut être, je le souhaite...

#
Profil

avelia

le dimanche 27 janvier 2013 à 23h11

Bonsoir Kaia,

Je crois que je te comprends parfaitement bien. Ta situation ressemble beaucoup à la mienne. Ainsi je t'invite à lire mon témoignage sur le post "nouvelle et besoin de repère...help".

Pour ta dernière question, oui je pense que ton mari a besoin de temps. Je ne peux pas savoir comment cela va mûrir en lui, mais je crois que le refus catégorique peut être une étape vers une forme d'acceptation.
Je suis complètement ouverte à discuter avec toi en mp ou sur le forum si tu préfères.

Courage, garde confiance, et aime!!

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 27 janvier 2013 à 23h32

Sinon, poly ou pas, dire la vérité pour se "décharger" de la culpabilité du mensonge... C'est charger l'autre d'une vérité. Je dis pas qu'il ne faut pas le faire, seulement que c'est un acte très conséquent. Le fait que ce soit une vérité et une honnêteté n'embellit pas tout... L'autre n'avait pas signé pour ça, et on le met devant un fait accompli.

Maintenant, le polyamour est probablement une bonne proposition de construction de la suite. Pas forcément un fonctionnement qui marche bien immédiatement, mais en en parlant, on peut montrer qu'on a un plan, un projet où l'autre a sa place et ne sera pas laissé en rade.

#

maintenant _séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 10h01

Bonjour Kaia

Depuis que le lis ce forum, je reste perplexe sur beaucoup de discussion, comme la tienne.
Tu as décidé seule de prendre un amant et de coucher avec. Tu as découvert depuis 4 mois que tu étais poly amoureuse, et ce après 11 ans de vie en couple et depuis que tu as des relations avec ton amant. Tu culpabilises et avoues à ton mari suite à une de ces questions.

Je crois que pour commencer une vie poly amoureuse, il ne faut pas trahir et mettre son conjoint devant le fait accompli. De plus, il faut préparer son conjoint et connaitre son avis à une telle situation. Ensuite, les enfants sont à prendre en considération, car ils sont le fruit d’une relation entre 2 personnes. Tu as fait totalement l’inverse, ce qui se nomme adultère. Maintenant que tu as libéré ta conscience, tu veux que ton conjoint accepte et transforme ton infidélité en une relation poly amoureuse.

J’ai connu la même situation que ton mari et je n’ai jamais accepté le fait de vouloir accepter sa trahison. Si j’avais été préparé, j’aurai pu donner mon avis et ensuite tester, là, c’est déjà fait sans mon accord, donc tromperie. Ensuite, donner le poly amour comme prétexte n’est qu’histoire de te donner bonne conscience, d’excuser son comportement et de conserver l’ensemble de tes avantages avec un mari et l’amant.
Tromper son homme suite à 11 ans de vie commune est un classique, si tu avais été une réelle poly amoureuse, tu l’aurais certainement su depuis longtemps.

Tu voudrais que ton homme accepte cette double vie, pourquoi devrait-il le faire puisque c’est toi qui as changé le contrat sans le consulter ? Je suis d’accord qu’il ne doit t’imposer un mode de vie, mais c’est réciproque. Vous avez certainement atteint la fin de votre couple, car pour lui ton aventure n’est pas acceptable, pour toi ta double vie est nécessaire, quant aux enfants, ils n’ont rien demandé.

Dans mon cas, nous nous sommes séparés. J’ai refait ma vie, mon ex a multiplié ses excuses pour revenir avec moi, elle m’a perdu. Je lui en veux d’avoir pensé à elle avant nous, de vouloir prendre le poly amour comme excuse. Pour ce mode de vie, je reste persuadé qu’il ne faut pas avoir d’enfant.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 janvier 2013 à 10h23

maintenant _séparé
Vous avez certainement atteint la fin de votre couple, car pour lui ton aventure n’est pas acceptable, pour toi ta double vie est nécessaire, quant aux enfants, ils n’ont rien demandé.

Responsabiliser les gens qui introduisent le polyamour soudainement, pour qu'ils comprennent que ça s'impose pas sans autre discussion, oui. On doit avoir conscience de ce que l'autre va vivre, et que ça ne deviendra pas facile et joli parce qu'on l'a décidé.

Pour autant, conclure que proposer le polyamour après une époque mono ne peut mener à rien, et que la présence d'enfants justifie de ne jamais faire ce genre de choix, c'est pas plus réaliste que "ne jamais se séparer", "ne jamais divorcer", "ne jamais laisser sa vie changer".

Et si je crois que dire la vérité, ce n'est pas forcément faire du bien, avoir une vie qui change n'est pas une trahison.

Si tu crois quelqu'un qui te dit "notre vie ne changera plus", c'est pas que l'autre qui trahi une parole, c'est aussi toi qui t'es raconté une histoire de conte de fée...
C'est aussi - pas seulement, mais aussi - toi qui as créé le cadre de ce que tu vis comme trahison, en ne voulant pas voir au moment d'un tel engagement, que plein d'autres, pas moins humains que vous, n'ont pas réussi à faire de leur couple un endroit pur et coupé des aléas ordinaires des sentiments, de la vie.

"notre amour permettra de dépasser tout, ne sera jamais altéré....". Trahir cela, c'est trahir les chansons d'amour, pas les autres. Continuer à s'aimer, même différemment, après ce genre de situation, continuer à ressentir des choses pour l'autre, là, oui, c'est être fidèle à l'autre et à ses sentiments.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

maintenant_séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h03

La présence d’enfants doit responsabiliser les actes et le comportement des parents. Le divorce engendre des traumatismes plus ou moins importants chez des enfants, mais une séparation est toujours la solution des adultes, pas celle des enfants. Je ne dis pas qu’il faut interdire le divorce, je pense réellement que lorsque la décision de faire un enfant se précise, il ne faut pas minimiser leur importance lors des moments difficiles dans la vie de parent. Ne perdons pas de vue qu’ils sont obligés de s’adapter aux décisions des adultes. Avoir un comportement relativement exemplaire doit faire partie de leur éducation car ils étudient et reproduisent le comportement parental. Quand une séparation est inéluctable, il faut être certain que tout a été fait pour protéger les enfants et non pour assouvir une soudaine envie d’un parent.

Une vie évolue au fil du temps, la vision des choses également. Dans le cas de Kaia, son infidélité de base est plus une mauvaise solution apportée à des problèmes dans son couple, qu’une découverte soudaine du PA. Je suis tenté de dire que sa situation est une banale infidélité et d’envie de sexe extérieure à son couple afin d’apporter de la nouveauté dans sa vie.

Le problème est que personne ne doit imposer à l’autre un mode de vie. Quand un choix est fait de vivre à 2 et qu’après X années un des 2 décide de modifier ce mode de vie contrairement à l’autre, que faire ? La souffrance est engagée pour l’un, la désillusion pour l’autre.

Lors d’un adultère, la personne trompée a une part plus ou moins importante à cette situation. Je ne me suis jamais caché la face sur l’évolution du couple et des sentiments. Je sais également que les directions peuvent changer au fil du temps, mais certaines valeurs doivent être conservées, comme le respect de l’autre et le maintien du dialogue par exemple. Sans certaines fondations, je crois que toutes relations, mono ou PA, ne peuvent perdurer.

#

Kaia (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h22

Ma démarche d'écrire ici, était certainement une excuse pour mettre un pied dans ce forum.
Je n'ai pas demandé un avis sur le fait que je sois ou ne sois pas polyamoureuse, j'ai 33 ans, je ne suis pas naïve, je sais analyser les situations. Donc, oui, je suis polyamoureuse et non pas une infidèle chronique. Et je ne comprends pas pourquoi vous me parlez de culpabilité, car non, je n'en ressens pas. La seule chose est que je veux que la personne que j'aime, sache qui je suis.
J'ai connu mon ami (Non pas mon mari, nous ne souhaitons pas nous marier) à l'âge de 21 ans (nous avons le même âge), nous sommes très fusionnel, nous sommes devenus adultes cote a cote. Comme je le disais dans mon premier message, j'ai rapidement eu de l'attirance pour d'autres hommes, et des sentiments. 3 en tout. mon ami (que l'on nommera X) l'a découvert toujours très rapidement car je ne faisais pratiquement rien pour le cacher, si j'avais voulu prendre un amant, j'aurais fait ce qu'il faut. En attendant X ne m'a jamais quitté, et surtout a fait de même de son coté.
Comme le dit Siestacorta, pourquoi n'a t on pas possibilité de proposer le polyamour au bout de 10 ans de relation mono (enfin...mono), trouver des "solutions" pour continuer ensemble. Je n'ai jamais eu de contrat avec lui, brrrrh, un contrat...Je suis d'accord sur le fait que j'ai un peu mis la charrue avant les boeufs, mais que voulez vous, j'ai craqué. C'est très dur aussi pour moi, de me révéler, de casser la parfaite petite image de famille classique, c'est moi la super vilaine dans l'histoire, donc si je n'avais pas ces forts sentiments au plus profond, bien sur que je fermerais mon clapet. Mais bon, j'ai pas envie de crever en m'ayant menti toute ma vie.
Je ne crois pas que ce soit la fin de mon couple, même si je fais souffrir X et moi en même temps, pour le moment, on a pas fini de surmonter ensemble.Si je veux à tout prix rester avec lui, c'est pas que j'ai peur de briser un idéal, mais tout simplement parce que je l'aime. Surtout que je le répète, je renonce à "l'autre" (mais ça je le savais), renoncer à une relation physique, ne veut pas dire qu'il n'est pas un peu dans ma tête...on verra par la suite.
En attendant, X, ca va il s'est calmé.
Tout le monde s'en fout, mais moi, ça me fait du bien d'écrire, héhé.

ha oui, et merci pour vos réponses!!!

#

maintenant_séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h37

Kaia, je ne porte aucun jugement sur le PA. Seulement, il y a beaucoup de d’obstacles à cela. Un des premier est l’acceptation du conjoint. Si ce dernier ne partage pas cette situation, que faire ? Il y en a un des 2 qui souffrira plus que l’autre, car les 2 souffrent. Et la présence d’un enfant ne facilite pas au passage à l’acte.

Effectivement tu as mis la charrue avant les bœufs. Maintenant, il faut que ton conjoint accepte de vivre avec le fait de ton aventure passé et de reconstruire sa confiance en toi.

Le problème de lui parler du PA prochainement risque d’avoir des conséquences inattendues, car il a été cocu une fois et il ne voudra pas revivre cela, ou alors l’idée aura bien avancé dans sa tête. Je te conseillerai d’attendre quelques temps et de tâter le terrain doucement.

#

Kaia (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h49

Oui, c'est ce que je compte faire effectivement. Maintenant les choses sont dites.
Bien sur que je respecte son choix pour le moment, comme tu le dis, nous avons ensemble 2 crapules, et je veux les préserver. Je crois que je n'aurais jamais "avouer" quoi que ce soit si je n'étais certaine de son amour. (et du mien)

Merci, ça fait du bien de poser les mots.

#

maintenant_séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h55

J’ai lu beaucoup de discussion de ce site pour en connaitre plus sur le PA. Des cas comme le tien sont nombreux.
As-tu pensé au libertinage ?

#

Françoise Simpère (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 11h58

Selon "maintenant_séparé" Pour ce mode de vie, je reste persuadé qu’il ne faut pas avoir d’enfant."
Il me semble que c'est exactement le contraire, puisqu'en étant pluriamoureux assumé, un couple vit sa vie sentimentale sans en faire porter les conséquences (séparation, divorce) aux enfants.
Je ne vais pas ici raconter ma vie, je l'ai largement fait dans "Aimer plusieurs hommes", mais je voudrais dire tout de même qu'on ne devient pas polyamoureux en quelques jours, ni même mois. Souvent ça se découvre au hasard d'un désir extérieur, puis on se rend compte que ce n'est pas seulement envie de sexe, mais désir de connaître et aimer d'autres personnes que son compagnon présent (ou sa compagne) qu'on aime toujours et avec qui on garde un projet de vie.
Alors oui, le début est difficile, car sauf exceptions (les gens qui décident avant d'être ensemble qu'ils auront un couple pluri), il y a toujours un des deux qui franchit le pas en premier. L'autre le vit rarement en sautant de joie, ça peut aller de la colère au désespoir, aux menaces de séparation, ou aux discussions houleuses. Il est parfois nécessaire d'interrompre une relation extérieure le temps de "calmer le jeu" et surtout pour rassurer l'autre. Lequel, lorsqu'il découvre que cette possibilité d'aimer ailleurs lui est aussi ouverte, devient tout soudainement plus compréhensif :). J'ai vécu tout cela à une époque on "aimer plusieurs hommes" paraissait une monstruosité dans les medias (ça change...) et où on me traitait comme une bête curieuse, une anormale...
Pour résumer, le chemin est long, il est difficile parce que s'y mêlent des rapports de force, de l'orgueil blessé, de la peur, la crainte du qu'en dira-t-on, etc... Mais il est possible d'y arriver, et que ça dure. Pour moi, ça fait 40 ans cette année, ( et presque autant pour certains de mes amoureux, dont quelques-uns sont devenus potes avec mon mari) et on ne parle plus de polyamour à la maison tant c'est devenu naturel. Idem pour lui, évidemment...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 janvier 2013 à 12h25

maintenant_séparé

Le problème est que personne ne doit imposer à l’autre un mode de vie. Quand un choix est fait de vivre à 2 et qu’après X années un des 2 décide de modifier ce mode de vie contrairement à l’autre, que faire ? La souffrance est engagée pour l’un, la désillusion pour l’autre.

A un certain moment, pour que rien ne soit imposé mais que chacun choisisse au mieux, il faut savoir si l'important au départ c'est vivre avec quelqu'un, ou vivre avec quelqu'un et avec les modalités.
Les modalités monos sont traditionnelles, donc souvent acceptées comme faisant partie du paysage, presque invisibles. On dit oui aux fiançailles, vies communes, mariages... on s'engage ! Mais l'engagement et les sentiments se sont glissés dans une forme particulière, celle de comm'toul'monde. On ne l'a pas questionné à ce moment là... Ca veut pas dire que ça n'aura jamais à être questionné.

L'idée de passer à un fonctionnement poly, c'est que changer la forme de la relation n'est pas une annulation du fond. C'est difficile de le montrer à un mono, qui se dit que lui, si il aimait quelqu'un d'autre, ça voudrait dire qu'il n'aimerait plus le précédent.

Pour ce qui est des enfants... Ils n'aiment pas les divorces, les séparations, que papa et maman se disputent, ils en souffrent. Mais si papa et maman arrivent à changer de vie sans se diaboliser l'un et l'autre, si ils voient que leurs parents ont fait des changements sans leur enlever de l'amour de parents, si les parents montrent qu'un obstacle peut être dépassé plus que déploré...
Alors divorce, polyamour, séparation ne sont plus synonymes de drame.

Je ne dis pas qu'il faut crier halleluïa devant ces difficultés. Personne n'aime remettre tout en cause... Mais je pense que vouloir construire malgré elles peut être aussi exemplaire qu'essayer de faire tenir un modèle antérieur.
Le couple, la famille classique semblent vertueux "culturellement", mais en pratique, faire le bien de tous les membres de la famille peut se faire avec plusieurs moyens, dont certains, comme le poly, ont à leur désavantage proposés et validés par la tradition. C'est plus compliqué, on doit inventer... Mais une nouvelle idée à expérimenter vaut parfois mieux qu'une vieille idée qui ne fonctionne qu'occasionnellement !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

maintenant_séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 12h49

Quoi qu’il arrive, les enfants n’ont d’autre possibilité que de subir le mode de vie des parents. A savoir si cela leur convient ou pas, personne ne peux le certifier. Ils demandent sans rien dire, tout en silence, que rajouter d’autres attaches sentimentales génère certainement des manques à leur niveau, si on pouvait lire les pensées des enfants, ce serait réellement simple.

Les sentiments ne sont jamais fixés, ils évoluent chaque jour. Choisir une vie mono ou poly relève d’un choix propre à chacun. Chaque camp défend ses idées mais aucune vérité ne peut en ressortir et ce qui te parait vrai aujourd’hui peut ne plus l’être demain.

Toute la complexité de l'Homme se traduit dans ses problèmes relationnels.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 janvier 2013 à 12h57

maintenant_séparé
Quoi qu’il arrive, les enfants n’ont d’autre possibilité que de subir le mode de vie des parents. A savoir si cela leur convient ou pas, personne ne peux le certifier. Ils demandent sans rien dire, tout en silence, que rajouter d’autres attaches sentimentales génère certainement des manques à leur niveau, si on pouvait lire les pensées des enfants, ce serait réellement simple.

Disons qu'il n'y a pas d'Eden parfait pour les enfants. Qu'on soit dans un modèle classique ou pas, on ne peut effectivement pas savoir ce dont ils vont souffrir ou pas.
La seule chose qu'on peut faire, c'est être adultes, non pas en leur cachant les difficultés s'il y en a, mais en montrant comment on fait avec, tout en donnant de l'amour, plein. Leur montrer ce que fait un "bon" adulte, c'est les éduquer.
Si l'adulte est capable de comprendre les gens, la vie, les difficultés et reste quelqu'un de bon et aimant, les enfants en tireront certainement une force.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

maintenant_séparé (invité)

le lundi 28 janvier 2013 à 13h00

Pour donner de l’amour, il faut avant tout être heureux, car on ne peut donner ce que l’on n’a pas.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 janvier 2013 à 13h22

Etre heureux... ou faire ce qu'il faut pour le redevenir !
Montrer l'énergie qu'on met à combattre, trouver, pas dire "je suis malheureux et il n'y a rien à faire"... La, on les fait souffrir, on prend la responsabilité de dire que les adultes qui les ont fait n'ont pas d'espoir.
Et dire "je suis malheureux et je vais le rester", en tout cas en amour, c'est... compréhensible, mais ça fait avancer ni soi, ni les enfants, ni la vie.

L'avenir n'est pas gâché d'avance, il y a des choses inconnues dedans, ou des choses connues qui reprennent une plus grande valeur.
La famille, le foyer, c'est pas hors du temps et des évènements. Il y a des évènements, bons, mauvais, imprévisibles, des accidents parfois.
Et les accidents de coeur doivent être dépassés, parce que tout le monde est encore vivant, que tout le monde a encore besoin les uns des autres.

Après, que le dépassement soit poly ou séparé, ya pas de certitude ! Mais dans les deux cas, les enfants doivent nous voir avancer. Sinon, un risque, c'est qu'ils se disent que c'est leur responsabilité de porter leurs parents, et/ou qu'ils soient menés à en accuser un... et à le regretter ensuite (vécu).

#
Profil

Katouchka

le lundi 28 janvier 2013 à 13h57

Entièrement d'accord avec Françoise Simpère et Siestacorta donc je ne répèterai pas ce qui a été dit. Je comprends cependant les sentiments qui animent "maintenant_séparé". Pour moi, c'est un vrai effort intellectuel que de surmonter le sentiment de trahison. Il faut distinguer ce qui relève effectivement du conte de fée que l'on s'est fabriqué soi-même, accepter le changement, et surmonter des difficultés (qui peuvent nous éloigner du plaisir d'être encore ensemble). C'est très dur. Mais il n'y a pas de coupable. Il y a des couples qui peuvent et réussissent et d'autres qui n'y parviennent pas.
En ce qui concerne les enfants, ils ont bon dos! Fonder une famille avec quelqu'un c'est effectivement important et quelque part on ne devrait pas forcément tenir compte des relations amoureuses et sexuelles que l'on a avec la personne avec qui on tient ce genre d'engagement. On devrait pouvoir se dire que même s'il y a rupture il y aura continuité dans le projet d'éducation. Toutefois même si cela n'est pas le cas, et là je parle en tant qu'enfant et petite-enfant de divorcés, ce n'est pas le simple fait que les parents se séparent qui fait qu'ils peuvent être malheureux. C'est le fait de ne plus voir l'un des deux parents, c'est le fait d'être pris en otage des conflits de ses parents, c'est le fait de voir ses parents qui ne veulent plus se voir, c'est le fait d'être toujours déplacés d'un endroit à un autre... Bref, la séparation en soi, ça ne regarde que les parents. C'est la manière dont cette séparation est vécue qui est déterminante pour le bien être des enfants. Par ailleurs, il vaut mieux se séparer que de rester en couple à cause des enfants. C'est leur faire porter une responsabilité bien plus difficile à mon avis.

#

scampidu (invité)

le mercredi 30 janvier 2013 à 11h20

Bonjour tout le monde
je suis monsieur X, enfin l'amoureux de kaia. En regardant divers sites et suivant diverses conversations je l'ai reconnu et après une simple question "c'est toi kaia ?" me voilà.
Je tiens tout d'abord à remercier les personnes gérant ce site et également la qualité des propos tenus, même si je ne suis pas d'accord avec tout, je ne ressens pas de jugement dans les propos tenus : c'est très agréable. Je remercie également le site de permettre à ma chérie de pouvoir, non pas d'obtenir des réponses, mais au moins des témoignages : elle en a besoin et moi aussi. Et je dois admettre que son discourt (qui ne m'était pas destiné) m'a conforté dans les propos qu'elle me rapporte.
Je me présente un minimum. Je ne suis pas un saint non plus, 4 expériences sexuelles extra-conjugales (plutôt ce que l'on appelle des coups) et je suis le premier à l'avoir fait. Dans ces coups rien de très intéressant à dire, simplement que je l'ai fait une fois par vengeance et par contre la personne avec qui j'ai fais l'amour juste avant la première grossesse, et la dernière fois, est devenu une amie du couple (nos filles sont comme cul et chemise) et kaia l'a appris récemment. Je tiens à signaler qu'elles ne se connaissaient pas. Pendant la seconde grossesse, il m'est arrivé d'avoir de vrais sentiments envers une collègue de travail, quelque chose de très dérangeant pendant cette jolie période d'attente : je me suis abstenu mais la pensé était présente.
Le jour ou kiai m'a parlé de polyamour je n'ai pas apprécié, sauf une chose très importante on a refait l'amour comme aux premiers jours alors que pendant cinq années nous n'avons pas pratiqué : les grossesses, le fait d'allaiter (et les seins son pour moi ou sexuelles ou appartiennent à mes filles).
J'ai donc appris ce week-end qu'elle couchait avec un copain que nous avions rencontré ensemble : j'ai perdu un copain (pour l'instant...). Je ne sais pas comment mais j'ai toujours su qu'elle avait de l'attirance pour lui, les yeux ne trompent pas mais lui étant plus jeune et me respectant trop n'avait jusqu'aujourd'hui rien répondu.
En réalité j'ai beaucoup de mal avec l'étymologie du mot "polyamour" (nous en avons discuter hier soir) JE NE VEUX PAS PARTAGER MON AMOUR, nos projets, nos achats, nos vacances, nos familles. Je préfère parler de "polysentiment mais l'amour je le garde pour moi.
Une autre chose est que je ne supporte pas l'image de la voir avec un autre, une idée certainement très machiste mais comme je l'ai entendu dans une interview de Francoise Simpère (que je remercie d'avoir répondu) son mari a du travailler quelques années là-dessus.
Le fait qu'elle aille voir ailleurs me fait nécessairement me poser la question "et si elle tombe amoureuse ?" ce n'est pas très agréable. En même temps je ressens toujours son amour, nous avons passé plein d'étapes ensemble, nous avons grandi ensemble, nous nous sommes révélés ensemble, nous sommes complémentaires (elle dessine et compose, je fait des maths) , la symbiose notre couple fascine les gens qui nous entoure.
Je ne peux pas lutter contre les sentiments qu'elle peut avoir avec d'autres hommes mais aujourd'hui je ne peux pas encore dire "notre couple est polysentiment". Malgré tout je sais pertinemment que j'irais voir ailleurs et qu'elle aussi... Mais je ne l'accepte pas encore et suis ravi qu'elle mette "l'autre" de coté aujourd'hui, le temps peut-être que je me refasse. L'éternelle dilemme de "l'intellect et du sentiment", l'intellect permettant d'accepter le sentiment qui peut faire souffrir.
To be continu...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion