Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Déséquilibre relationnel

Engagement
#
Profil

maripoza

le jeudi 27 décembre 2012 à 23h47

je suis un peu perdue et j'ai besoin de conseil. Je suis mariée et mon mari est un être extraordinaire que j'aime énormément et qui m'aime aussi beaucoup.
J'ai un autre homme dans ma vie "L". Il est célibataire et a très envie de fonder une famille. Nous sommes amis au départ, et il souhaite préserver cette amitié. Je suis très amoureuse de lui, et j'ai très envie qu'il s'implique dans cette relation amoureuse avec moi. mais il se retient, et se place toujours en second. Pour lui ma relation principale c'est mon mari et mes enfants. C'est toujours moi qui lui propose de venir chez lui ou de faire des choses ensemble. Il ne demande jamais et propose très rarement. J'ai eu une discussion à ce sujet avec lui et sa position est claire. Vu qu'entre lui et moi rien n'est possible sur du long terme il ne peut et ne veut pas s'impliquer plus que cela. Je lui ai demandé qu'adviendra t il de notre relation quand il rencontrera quelqu'un ?. Il me dit que ce qui restera pour toujours c'est notre amitié car il ne veut pas la perdre, et que pour le reste on verra le moment venue. Mais il dit rester réaliste, et qu'il ne pense pas trouver quelqu'un qui accepte qu'il ait une relation à côté et qu'il ne prendra pas le risque, mais il préfère ne pas y penser pour le moment et me dit toujours: on en est pas encore là !.
Je le comprend bien sur, et je me prépare à vivre cette rupture le moment venu. Mais pour le moment notre relation est déséquilibré et je suis toujours en position d'attente. je déteste ça. Il me manque terriblement. Par exemple là il est partis en Bretagne pour les fêtes voir sa famille, et je n'ai aucune nouvelle. Je sais que je n'en aurai pas. Je voulais lui envoyer un message, mais je me retiens, car je ne veux pas le forcer à vivre ce qu'il ne veut pas. Je sais qu'il se dit que je lui enverrai un message quand j'en aurai besoin et je sais qu'à ce moment là il répondra, mais il n'en prendra pas l'initiative. Je sais par exemple qu'il est toujours content quand je viens chez lui car il se sent seul et il aime ma présence, mais il ne me demandera jamais de venir.

voilà je ne sais pas si je suis bien claire. Je ressens un manque terrible. Et parfois cela rejailli sur ma relation avec mon mari, par ce que lorsque "L" me manque trop je peux être très distante avec lui, voire cassante. Mon mari ne mérite pas ça. J'ai dix mille idée qui me passe par la tête:
quitter mon mari pour vivre officiellement avec "L" mais ça ne tiens pas la route j'aime trop ma famille et mon mari,
rompre avec "L" mais quand j'y pense mon coeur se rempli de douleur.
parfois j'ai même envie de les plaquer tout les deux. Y en t il parmi vous qui ont déjà connu ce déséquilibre relationnel ? peut être est ce juste normal dans une relation poly ? avez vous des conseils ? désolée j'ai l'air de me plaindre mais je suis un peu perdue en fait dans tout ses sentiments.

#
Profil

tentacara

le vendredi 28 décembre 2012 à 01h47

Bonjour Maripoza,

Ton mari est-il au courant de ta relation avec L ? Se sont-ils déjà rencontrés ? Le déséquilibre relationnel dont tu parles peut aussi venir du fait de la clandestinité de votre relation. Si en effet votre histoire est clandestine, je comprends qu'il garde ses distances. Si à l'inverse ton mari est au courant et accepte cette relation, peut-être as-tu un peu plus de marge de manoeuvre pour lui assurer le sérieux avec lequel tu prends votre relation.

Enfin, tu dis ne pas vouloir "le forcer à vivre ce qu'il ne veut pas", mais si je peux me permettre un conseil, sois sincère avec lui. Tout le monde n'a pas la même façon de vivre les choses, de les exprimer, pas le même rythme. Si tu as envie de communiquer avec lui pendant les fêtes, envoie-lui un message, donne-lui de tes nouvelles et ne t'occupe plus de ton téléphone. Il prendra peut-être du temps pour te répondre, à son rythme, et tu auras respecté le tien.

#
Profil

maripoza

le vendredi 28 décembre 2012 à 10h45

Merci de m'avoir répondu tentacara. oui oui mon mari est tout à fait au courant, lui il est dans l'amour unique. Nous nous connaissons bien tout les trois car nous sommes amis bien avant tout. Ça c'est notamment l'un des raisons qui font que "L" ne s'implique pas plus. Il apprécie et respecte mon mari et ne veut pas lui "voler" du temps avec sa femme, à lui ou a mes enfants. Pour le message, juste après avoir posté mon mail sur le site, je lui ai envoyé un message auquel bien sur il a répondu de suite comme d'habitude. Tu vois ça c'est une des raisons qui me font dire, qu'il se retient, à partir du moment où il a reçu mon message il m'en a envoyé deux assez longs où il raconte ce qu'il fait, ce qu'il a prévu pour le jour de l'an, où il me demande de mes nouvelles. C'est comme si il attendait que je le contacte pour s'autoriser à me donner des nouvelles. Tu vois ce que j'entend par déséquilibre. ? c'est difficile à expliquer.. rholala quelle prise de tête. Si j'avais su je serais restée mono !!! ;-)

#
Profil

Goldmund

le samedi 29 décembre 2012 à 12h08

Bonjour maripoza,

Ce que je comprends de ta situation c'est qu'il y a un deséquilibre dés le départ. Tu vis avec un homme depuis de nombreuses année et tu as de enfants. L est célibataire et n'a pas d'enfants. Or ce que tu vis, L semble en rêver pour lui-même. Ta vie mono semble un modèle pour lui. Comment peut-il envisager de s'engager sur une voie qui, selon ce qu'il croit, risquerait de briser ton lien d'amour avec ton mari et ta famille et donc son propre rêve ? Si L se retient s'est pour se protéger. Il ne veut pas s'engager dans une relation qui,selon lui, ne peut pas tenir sur du long terme ( dans le sens ou fonder un lien d'amour pour lui serait indisociable de celui de fonder une famille) donc qui risque de le et vous faire souffrir. L est sans doute trés amoureux de toi mais il pense certainement que ce n'est ni raisonable ni possible pour les raisons que j'évoque plus haut.
Pour toi, qui a déjà ce que tu désirais ( je simplifie) un mari et des enfants tu te sens prêtes à ouvrir cet amour, à vivre un amour pour l'amour pas dans la perspective d'une autre famille. Vous vous aimez mais vous n'avez pas le même projet. Le desequilibre, me semble-t-il, vient de là.
Ce qu'il vous faut construire c'est un projet qui n'empêche pas L de vivre son rêve. c'est à dire qu'il puisse sentir que votre relation n'entravera pas son désir de rencontrer une autre personne avec laquelle il pourra avoir des enfants et que cette personne sera capable d'accepter qu'il puisse vivre un autre amour et que toi-même sera en capacité d'envisager cela ( Je n'oubli pas ton mari mais il semble plus ouvert et près a accepter que tu puisses aimer quelqu'un d'autre) . C'est ça le polyamour. Cela demande confiance, dialogue, et beaucoup d'amour .
Ce qui serai positif, ce serai que L puisse avoir une discusion franche avec ton mari sur l'amour que chacun te porte. Que L puisse se rendre compte que ton mari est véritablement consentant au déploiement de votre amour et que cela ne le fait pas souffrir. Qu'il n'a pas l'impression que L lui "vole" sa femme chaque fois que vous vous voyer ou communiquer. Penses-tu que ton mari est dans cet état d'esprit et qu'il pourrait être celui qui viendrait deculpabiliser L et lui permettre de t'aimer sans peur? Ce serait l'idéal pour tous.

#

(compte clôturé)

le samedi 29 décembre 2012 à 14h32

Salut Maripoza
J'ai les mêmes tourments de coeur que toi. Une amitié qui en reste une, voir qui s'étiole à chaque pas qu'elle fait vers l'amour comme s'il s'agissait d'une faute, d'un interdit. Mais pourquoi tout le monde n'est-il pas poly et qu'on puisse faire l'amour chaque fois qu'on en a envie?
Des fois je me dis que le polyamour est une erreur et qu'il n'y a que ça de vrai : le mensonge. Ça éviterait bien des prises de choux et des souffrances, parce que parler et être honnête ne fait pas toujours le bonheur des autres, de soi. D'ailleurs dans cette société pourrie, on nous cache tout on nous dit rien, non? Comment est-il possible de s'y épanouir en allant à contre sens?

Bon, c'est vrai que de revenir d'un rendez-vous galant le rose aux joues est difficile à cacher à son mari. Et cacher son mari à son amant parait peu crédible. Problème inextricable?

Puisse que tu as choisi le polyamour, dit à L que tu l'aimes et que tu te sens capable de t'impliquer davantage avec lui (il habite loin de chez ton mari ?) exprime à ton mari que tu souhaite vivre davantage avec L. Pourrais-tu te partager entre les deux, accepteraient-ils que tu te partages entre deux foyers?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 29 décembre 2012 à 14h42

Au fait, tout à fait d'accord avec Tentacara, si tu as envie de lui écrire ou de lui téléphoner, fais le. S'il n'as pas envie de ça, il te le dira ou il ne répondra pas.

Au pire un rateau n'as jamais tuer personne mais peut simplement mettre les choses au clair!

#
Profil

maripoza

le samedi 29 décembre 2012 à 23h22

Je suis d'accord avec toi Goldmund, le déséquilibre est là dès le départ, mais c'est à mon sens le cas pour chaque relation nouvelle.
C'est vrai qu'un vrai discussion entre mon mari et L serait certainement bénéfique pour que L ne se sente pas coupable, mais c'est difficile. Voilà L est sourd et il s'exprime en langue des signes. Il oralise et lit sur les lèvres mais pour avoir une vrai conversation à coeur ouvert ça rend les choses difficile. Nous nous connaissons depuis trois ans, et j'ai de vrai discussion profonde avec lui que depuis 2 ou 3 mois depuis que moi même je maîtrise mieux sa langue.
Mon mari a part son attitude essayer de déculpabiliser L. Cela à eu de l'effet, au moins pour les moments où l'on se retrouve tout les trois, dans des soirées ou en week end de potes, de rendre les relations pluis fluides, plus naturelles.
Après je me dis, que lorsque L s'est engagé sur ce terrain, il l'a fait en connaissance de cause, je veux dire il connaissait ma vie.
Il est lui même libertin. Il pensait que je l'étais aussi au début. Je pense qu'il commence à comprendre qu'il est question d'amour, et je pense que ça le dépasse un peu, et qu'il a la trouille.
Après je sais pour en avoir discuter avec lui, qu'il m'admire (le mot est un peu fort) dans mon rôle de mère de famille (j'ai 5 enfants) et qu'il trouve ma famille, belle. Et je pense que c'est très difficile pour lui de se dire qu'il a sa place dans ma vie.
n'empêche que j'ai beau savoir tout ça, le déséquilibre est là, et cela me déchire.

goldmund
Ce qu'il vous faut construire c'est un projet qui n'empêche pas L de vivre son rêve. c'est à dire qu'il puisse sentir que votre relation n'entravera pas son désir de rencontrer une autre personne avec laquelle il pourra avoir des enfants et que cette personne sera capable d'accepter qu'il puisse vivre un autre amour et que toi-même sera en capacité d'envisager cela ( Je n'oubli pas ton mari mais il semble plus ouvert et près a accepter que tu puisses aimer quelqu'un d'autre) . C'est ça le polyamour. Cela demande confiance, dialogue, et beaucoup d'amour .

Mais c'est justement le coeur de notre problème. quel projet ? comment ? moi je sais que je serait sincèrement heureuse pour lui, lorsqu'il rencontrera la personne avec qui il pourra enfin construire cette famille tant désirée, mais je sais aussi que je serais anéantie car cela voudra probablement dire que lui et moi d'un point de vu amoureux, cela sera fini. Mais je m' y prépare car je ne veux surtout pas que cela soit un frein pour lui et pour nous.
pour me partager entre les deux foyer, je le fais déjà en faisant attention de ne pas m'absenter de mon foyer sur des durées trop longue pour mes enfants. mais à chaque c'est à mon initiative, et c'est moi qui décide, et ça par exemple c'est lourd.

voilà, pour le moment à bâton rompu, là où me mène vos observations. Je sens que c'est encore très confus et douloureux, mais m'exprimer ici, et vous lire est toujours une aide.

#
Profil

tentacara

le dimanche 30 décembre 2012 à 01h11

De vous deux, c'est toi qui as le plus de contraintes, donc il ne me semble pas illogique qu'il te laisse d'initiative de vos rencontres. Tu as l'air de dire qu'il répond systématiquement à tes messages ou tes propositions. Tu as même l'impression qu'il attend impatiemment que tu aies une demande pour pouvoir la satisfaire ( "je lui ai envoyé un message auquel bien sur il a répondu de suite comme d'habitude. Tu vois ça c'est une des raisons qui me font dire, qu'il se retient, à partir du moment où il a reçu mon message il m'en a envoyé deux assez longs où il raconte ce qu'il fait, ce qu'il a prévu pour le jour de l'an, où il me demande de mes nouvelles. C'est comme si il attendait que je le contacte pour s'autoriser à me donner des nouvelles.".
Ce n'est en tout cas pas l'attitude de quelqu'un de fuyant ou qui refuse/ a peur de s'engager. Je comprends en quoi cette situation te paraît déséquilibrée, mais ce sont surtout vos obligations respectives qui l'imposent.
Cela prend du temps aux plus chevronnés d'entre nous de trouver la place de chacun dans un triangle ou un V amoureux (dans mon cas, je suis la pointe d'un V avec mes deux compagnon dans notre famille composée). En ce qui nous concerne, cela nous a pris environ 2 ans pour nous sentir entièrement à l'aise et "légitimes" dans le trio que nous formons.
Pour l'instant chacun de vous explore la profondeur de la relation, des sentiments que vous éprouvez. C'est là dessus que vous pourrez vous baser pour savoir comment et jusqu'où la relation peut s'étendre. Vous arrivez dans l'histoire avec chacun un bagage, un rythme, une perception, un désir différent. Le seul projet que vous pouvez partager pour l'instant, c'est de découvrir le point de convergence de vos aspirations.
J'entends que la différence de langage et du coup de culture- à la LSF est associée une culture très forte et qui influence forcément la façon de percevoir le monde, de vivre les relations- peut être un obstacle à un dialogue fluide et entretenu sur votre relation.
C'est cependant une belle allégorie que cette question de différence de langages.Ne sommes nous pas tous plus ou moins dans cette situation ? En amour, en émotions plus généralement, nous devons tous interpréter les réactions et sentiments de l'autre à travers le prisme de note propre construction -langage - affectif.
Dans toute relation humaine, a fortiori amoureuse, il s'agit d'apprendre à se comprendre sans que les mots, ce qu'ils représentent aient le même sens pour tout le monde.

Tout ça pour dire que tu n'as pas besoin de te figurer la fin de la relation pour savoir quelle relation construire. Construits ce que tu peux en fonction de vos rythmes et désirs respectifs. Personne ne peut connaître l'issue d'une relation à son début. Vous ne vous protégerez pas de la douleur d'une rupture en minimisant votre relation. Vivez aussi fort que possible vos émotions, réjouissez-vous ensemble du temps que vous partagez.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

maripoza

le dimanche 30 décembre 2012 à 10h27

donc toi tu dis tentacara que cela vous a pris 2 ans pour trouver un équilibre ? oui je le disais bien qu'il y avait une question de temps. Mais pas seulement.
Une différence culturelle ? oui surement, je baigne dans la culture Sourde depuis 3 ans et depuis peu une compréhension plus fine et il y a sans nul doute des différences culturelles.
Une différence de rythme de vie ? oui évidemment, il est seul sans obligation et travaille à son compte, je suis mariée et mère actives de 5 enfants, mais cela ne l'empêche pas d'exprimer ses envies, me semble t il !

mais dans le message de Tentacara il y a des passages qui m'apaise tout de même. et je te rejoins tout à fait lorsque tu dis :

tentacara
En amour, en émotions plus généralement, nous devons tous interpréter les réactions et sentiments de l'autre à travers le prisme de note propre construction -langage - affectif.
Dans toute relation humaine, a fortiori amoureuse, il s'agit d'apprendre à se comprendre sans que les mots, ce qu'ils représentent aient le même sens pour tout le monde.

et évidemment c'est la que tout ce complique, et c'est certainement ça qui prend du temps. Rajouter à ça les éléments cités plus haut, plus quelques autres et ça se complique encore plus! pourtant on y arrive quand même à force d'amour de dialogue et d'envie commune.
mais j'ai besoin d'en discuter, par ce que ça me pèse et je ne suis pas sure de prendre la bonne route.

#
Profil

tentacara

le dimanche 30 décembre 2012 à 14h03

Personne ne peut te garantir que tu prends la bonne route. Ton seul guide est ton désir et le sien. Je comprends évidemment qu'il n'est pas simple de connaître les siens (de désirs) s'il ne t'en parle pas. Pourtant, ses réactions me semblent assez explicites.
Et oui, ça nous a pris deux ans avec mes amours pour vraiment savoir quel était notre projet commun, non seulement dans les couples que je forme avec chacun d'eux mais encore dans notre trio. Au départ, Thomas n'envisageait pas de vivre sous le même toit qu'Aurélien et vivait mal l'idée que je puisse avoir un enfant aussi avec lui. Et puis notre fille (à Thomas et moi) est née, la présence bienveillante et apaisante d'Aurélien est devenue une nécessité et une évidence à l'équilibre de notre famille. Aujourd'hui, il tarde autant à Thomas qu'à moi que nous habitions tous ensemble sous le même toit en permanence, comme un aboutissement et une évolution logique et nécessaire.
Je ne sais pas comment tu pourras intégrer L à ta vie, il va de soi que c'est en dialoguant avec lui que vous trouverez la route. Mais de toute manière, ça ne marche qu'en avançant pas à pas et en voyant où ça vous mène.

#
Profil

Leolu

le dimanche 30 décembre 2012 à 16h37

Il se trouve que j'ai tendance à avoir les mêmes réactions que "L", avec un style de vie similaire (autonome, seul). Je peux donc le comprendre. Et bien évidemment, je vois les questions féminines qui se posent face à ça. Ces inquiétudes, je les ai déjà croisées.

Pour beaucoup de femmes (de gens), l'amour, c'est avant tout des "preuves" d'amour. Pas seulement son acceptation, son vécu quotidien, mais aussi et surtout les signes qui montrent qu'on pense à l'autre, qu'on a besoin de l'autre, que l'autre nous manque (pour d'autres, c'est la jalousie qui est un signe d'attachement, selon un schéma assez proche : une "preuve" émotionnelle intense).

Or, beaucoup d'hommes ont envie d'être parfaitement honnêtes avec ça, d'être le plus juste et vrai possible. Par respect amoureux, ils pensent qu'ils lui doivent cette honnêteté.

Alors pour ne pas mentir, ils se placent dans une position intermédiaire d'attitude amoureuse : oui pour l'écoute, l'attention, le charme, la présence et le bonheur partagé lorsqu'il se présente au jour le jour, parce que c'est bon pour tous les deux et que cette "stase temporelle" mérite d'être vécue...
Mais non pour ancrer ce sentiment dans la durée, avec un avenir programmé, des projets, des promesses de "toujours toujours", ou même pour trop montrer que la personne nous manque, ce qui la pousserait à se leurrer sur notre implication profonde.

On sait qu'on est désagréables et un peu lâches, mais mieux vaut cette petite douleur prégnante qu'une catastrophe le jour de notre départ : "tu avais promis ! Tu me donnais tous les signes d'un amour véritable et absolu ! Tu avais besoin de moi, tu me réclamais sans cesse ! Tu étais presque jaloux de mon mari !". On aurait eu beau jeu, ensuite, de dire que c'était juste pour vivre ces instants à fond, sans se poser de questions sur un avenir que nous savions être éphémère (il n'y a jamais de date clairement définie, dans ces cas là). Le sentiment de trahison risquerait d'être le plus fort.

Et ceci même si le départ est déjà envisagé à commun et qu'on le sait tous les deux inéluctable ! Car on est conscient que ça ne suffira pas à éviter de se méprendre. L'amour est un sentiment tellement puissant que n'importe qui risque de passer la barrière à un moment donné : du "on sait que ça finira un jour", on en arrive à "j'en arrive à me demander si ma voie n'est pas celle de l'aventure, du départ avec lui/elle". Et ça, il y en a toujours un des deux qui sait que c'est exclu (surtout si on a déjà connu du harcèlement amoureux post-départ, dans une autre vie).

Bon... Il y a aussi un effet involontaire d'attachement exacerbé par l'indifférence affectée : "moins il m'appelle, plus j'ai envie de lui !". C'est ce qui augmente la difficulté de la souffrance infligée... alors qu'on cherche justement à faire l'inverse ! Ne pas laisser croire que... Ne pas faire souffrir le moment venu... Juste profiter à fond des instants programmés. Ne pas en rajouter, de ces instants. Séparer bien distinctement le permanent et l'éphémère. Or, un appel, c'est souvent pour obtenir plus que ce qui a été décidé.

Alors que faire ?

Dire, répéter et en rajouter sur le fait qu'on a bien compris que c'est un CDD sans date de fin définie ? Mais qu'on voudrait bien une pensée, un appel, un signe... qui ne changera rien juré-promis à l'inéluctable ? (mon oeil !)

Ou se résoudre à accepter cette séparation bien nette entre les deux vies ? Juste se contenter d'une date de rendez-vous précise à chaque fois, où l'on sait qu'on pourra enfin laisser éclater toute la frustration accumulée (et même "cultivée") entre-temps ?

Parce que ce que le mari subit pendant "son" temps, c'est l'envie d'une présence de l'autre qui empiéterait sur ce temps familial. Présence réelle ou téléphonique, cela reste du temps "volé", du temps et un manque d'attention "injuste", quelque part... parce qu'elle fait souffrir l'un et l'autre ("tu penses à lui" / "tu me reproches toujours de ne pas t'appeler")

Bien évidemment, c'est mon vécu qui me pousse vers cette conclusion, de mon côté de la barrière... Juste un témoignage... Noter que j'ai aussi connu l'inverse, en tant que "demandeur de présence" :-)

#
Profil

maripoza

le dimanche 30 décembre 2012 à 18h31

Je comprend ton point de vu Leolu, mais je pense que tu te méprends ou que je me suis mal exprimée; je ne cherche pas de preuve d'amour.
J'ai plutôt l'impression que moi j'ai tout ce que je désire et que" L" ce contente des miettes (et je caricature bien sur)
Si il est bien dans cette relation telle qu'elle est, si je ne lui manque pas quand je ne suis pas là, et qu'il vit les choses pleinement en ma présence, alors cela m'irait bien, et je serait bien avec idée. Je ne cherche pas dans cette relation à être l'être indispensable.
Mais je vais m'assurer en discutant à nouveau avec" L" qu'il n'est pas tout simplement dans l'état d'esprit que tu décris, et que ce serait moi qui aurait collé des désir inconscient sur cette relation.
par contre je te rejoins quand tu dis

leolu
Parce que ce que le mari subit pendant "son" temps, c'est l'envie d'une présence de l'autre qui empiéterait sur ce temps familial. Présence réelle ou téléphonique, cela reste du temps "volé", du temps et un manque d'attention "injuste", quelque part... parce qu'elle fait souffrir l'un et l'autre ("tu penses à lui" / "tu me reproches toujours de ne pas t'appeler")

ça je l'ai saisi en te lisant. c'est injuste et inutile

et peut être ma foi la seule chose à faire pour moi est comme tu le dis est :

leolu
accepter cette séparation bien nette entre les deux vies ? Juste se contenter d'une date de rendez-vous précise à chaque fois, où l'on sait qu'on pourra enfin laisser éclater toute la frustration accumulée (et même "cultivée") entre-temps ?

houlà là que de question de chemin, mais je doutais pas du contraire.!

qaund à tentacara, je trouve ton histoire, belle tout simplement.:-)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Leolu

le lundi 31 décembre 2012 à 16h58

Oui, bien sûr, on a toujours tendance à voir, dans un témoignage, des choses qu'on a vécues, même s'il y a des différences. Tu fais bien de prendre et laisser ce qui convient dans ce que j'ose dire :-) ...

maripoza
J'ai plutôt l'impression que moi j'ai tout ce que je désire et que Loïc se contente des miettes (et je caricature bien sur)

A lui de te rassurer, mais vu ce que tu en as dit, il pourrait bien être très satisfait de ces "miettes". La vie polyamoureuse, la vie libertine, ou la simple vie "entre parenthèses" dans laquelle on se met en attendant le couple de ses rêves... nous apprennent à apprécier ces moments plus courts mais souvent plus intenses que la vie peut nous offrir.

maripoza
Une différence culturelle ? oui surement, je baigne dans la culture Sourde depuis 3 ans et depuis peu une compréhension plus fine et il y a sans nul doute des différences culturelles.

J'ai eu l'occasion de dialoguer avec une sourde, et il m'a semblé que pour eux, les conversations à distance sont toujours délicates : l'écrit est difficile (syntaxe de la LSF différente du sujet-verbe-complément que nous connaissons), le langage oral hésitant et laborieux, la visiophonie un peu trop cadrée et pas assez "physique" (et pourtant, j'ai vu combien ils sont "bavards" entre eux devant leur écran :-) )...
Bref, rien de mieux que la chaleur d'un véritable contact humain, en 3D et en tactile ! Quitte à devoir attendre pour ça...
Ils savent alterner entre les moments de silence (individuels), et les moments avec leurs quatre sens (sociaux) !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

maripoza

le jeudi 03 janvier 2013 à 20h43

j'ai pris un peu de recul après avoir lu vos intervention. Je pense que j'interprète ce que ressent L par rapport à mes envies profonde. Je pense que j'attend une histoire d'une plus grande intensité et que la personne qui est frustrée ben c'est moi en fin de compte!

je me sens de moins en moins bien avec tout ça.... je pense que Lelolu est dans le vrai... pffff je me sens un peu nulle...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 04 janvier 2013 à 09h29

bonjour maripoza,
j'aime bien le problème que tu nous exposes. J'appelle cela un problème de riche, ce qui ne lui enlève rien de son caractère épineux. Mais tu te retrouves dans une configuration que beaucoup de polyamoureux pourraient t'envier. Tu es amoureuse de deux personnes, qui le savent, qui respectent tes choix et te laissent libre (trop libre ?) d'agir en fonction de tes envies et de ton désir. Finalement, on se rend compte que toutes tes difficultés sont liées à un problème d'idéal de la relation, dans laquelle ou lesquelles tout devrait correspondre au bonheur que tu ressens de fréquenter ces deux partenaires, en mots, en gestes, en engagement.
Et puis, ce titre : "déséquilibre relationnel" m'interroge.
Existe-t-il une relation qui ne soit pas déséquilibrée, entre les attentes de l'un ou de l'autre, les temps d'ajustement, les paroles qui n'arrivent pas au même moment et les incompréhensions constitutives même de tout dialogue ?
A fortiori quand une deuxième relation naît dans un espace amoureux ou s'y greffe, peut-il y avoir un équilibre parfait permettant à la pensée d'accompagner sans heurt le déroulement de son accomplissement personnel à travers ce mélange amoureux (pour reprendre le beau concept de Vincent Cespedes) ?
Curieusement, la souffrance que tu éprouves et qui est sensible dans ta contribution est plutôt réjouissante. Non que de sentir un malaise puisse être une source de satisfaction quelconque, mais tu sembles tellement proche d'une possible idée du bonheur que je lis beaucoup plus d'espoir dans ta demande que de résignation. En m'identifiant à l'un des trois acteurs de ta relation, toi ou tes deux chéris, j'ai à chaque fois envie de te dire de foncer, de te laisser vivre totalement, de ne pas laisser le résultat escompté de ce que tu vis prendre le pas sur les gestes à faire, de ne pas demander un engagement quelconque à l'un ou l'autre parce que c'est en vivant cette, ces relations qu'il prendra forme. Sous chacun de tes mots perce ce sentiment qui s'installe. Découvre-le au lieu de le mettre en abîme et de te laisser tromper par une perspective qui ne sera de toute façon pas la bonne parce que la tienne seulement. Accepte ce qui t'arrive, comme cela t'arrive et vis le, intensément.
Pour deux raisons : la première et la plus importante est que cela risque quand même de te faire beaucoup de bien, la deuxième est que beaucoup de polyamoureux qui te lisent aimeraient bien connaître cette histoire, comme tu l'exposes, et démontrer qu'elle se résout bien est un réel encouragement pour tous à persévérer, à s'ouvrir, à accepter le questionnement qui t'assaille.
Et reviens vite nous dire à quel point tu es heureuse... c'est en tout cas le voeu que je formule pour l'année qui vient.

#
Profil

maripoza

le vendredi 04 janvier 2013 à 12h13

c'est drôle bouquetfleuri c'est la 2ième fois que tu me dis que mon souci est un problème de riche ! Je ne m'en rend pas compte. La situation des polyamoureux est elle si précaire ? En tous cas pour moi cela est bien compliqué, (en terme de questionnent j'entend) Je rigole doucement quand j'entend des personnes me dire: tu as la vie facile toi ! .

Depuis le début de ma vie amoureuse, mon baromètre a toujours été l'équilibre, d'autres parleraient de rythmes.
Je ne me suis jamais bien sentie dans une relation déséquilibrée. Tu dis que toutes les relations le sont probablement. Je ne le crois pas. Peut être y a t il beaucoup de personne qui s'en accommode ou que cela ne dérange absolument pas, ça surement !

Du coup forcément pour moi là, la notion d'équilibre se pose peut être encore plus dans un relation polyamoureuse, car il y a l'équilibre propre à chaque relation, et l'équilibre global.
C'est la première fois de ma vie entière que je peux réellement vivre et exprimer mon polyamour. Il a toujours été présent au fond de moi bien sur, mais je ne le vivais pas réellement, je trompais mes compagnons. Alors je veux le vivre, vraiment bien.

lorsque tu dis

bouquetfleuri
En m'identifiant à l'un des trois acteurs de ta relation, toi ou tes deux chéris, j'ai à chaque fois envie de te dire de foncer, de te laisser vivre totalement, de ne pas laisser le résultat escompté de ce que tu vis prendre le pas sur les gestes à faire, de ne pas demander un engagement quelconque à l'un ou l'autre parce que c'est en vivant cette, ces relations qu'il prendra forme. Sous chacun de tes mots perce ce sentiment qui s'installe. Découvre-le au lieu de le mettre en abîme et de te laisser tromper par une perspective qui ne sera de toute façon pas la bonne parce que la tienne seulement. Accepte ce qui t'arrive, comme cela t'arrive et vis le, intensément.

que veut tu dire ? cessez de me questionner ? ne pas intellectualiser la relation ? le faire à l'instinct ? si c'est cela alors, cela me sera difficile car je ne sais pas le faire ! c'est cyclique chez moi, je vis je vis je vis et hop je m'arrête je regarde de haut, je me questionne, je me torture je trouve des réponses et hop je repars pour pour un nouveau cycle. Là j'ai besoin de comprendre, maîtriser un minimum de chose avant de pouvoir continuer.

Par contre je suis bien consciente de vivre une aventure extraordinaire, et à te lire, certainement un peu privilégier. J'ai d’ailleurs pris le parti de la vivre au grand jour, pour la rendre la plus naturelle possible et susciter du questionnement autour de moi.

Je suis une personne d'engagement, une militante dans l'âme, et j'attend forcément de l'engagement autour de moi.
Tu dis que c'est engagement naîtra de fait avec la relation ? Je partage ce que tu dis, disons que je manque probablement de patience sur ce coup là, mais te lire m'a fait du bien et devrait me permettre, de souffler un bon coup pour laisser un peu de temps au temps.

Malgré mes inquiétudes, mes doutes je suis extatique ! je lis avec avidité les différentes contributions, j'ai souvent envie de réagir, mais hélas je n'arrive pour le moment à le faire quasiment qu'à travers ma propre histoire, normal je suis au balbutiement, et donc forcément égocentrique, il me tarde de pouvoir avoir un peu de recul, pour moi aussi être un soutien et avec légèreté, partager avec d'autre. !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 04 janvier 2013 à 13h45

voilà, c'est exactement cela : le faire un peu plus à l'instinct. J'insiste sur le "un peu" .

Je suis un adepte forcené de la dissection, de l'interrogation des gestes et des mots, des attitudes et des signes, conscients et inconscients, de la torture intellectuelle et du savoir, mais je suis également un forcené du réel, de ce que je ne peux de toute façon pas savoir de l'autre, de ce qui m'aide à grandir sans en avoir la maîtrise rhétorique.
Et mon amoureuse m'aide à lâcher prise, à m'éloigner un peu de cette maîtrise intellectuelle pour retrouver plus de spontanéité. Alors, je fais profiter...

Quand je dis que les relations ne sont pas équilibrées, je dis que c'est le but d'une relation, mais que la relation est entièrement constituée du chemin qui mène à l'équilibre. Heureusement que globalement, elles le sont, ce serait un peu difficile à vivre, un déséquilibre permanent (encore que parfois...)

Je me suis permis de parler ainsi parce que je sens bien ce tiraillement entre l'envie du résultat et la patience nécessaire pour l'attendre. Certaines fois, l'impatience gagne et on ne voit pas venir un résultat presque annoncé. Dans votre cas, ce serait dommage.
Mais ta réponse me rassure, si j'en avais le besoin...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion