Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je vous salue

Bases
#

UneEthicalSlut (invité)

le samedi 19 janvier 2013 à 02h40

Bonjour tous les utilisateurs de ce site!

J'ai écouté l'émission sur France Culture dédiée à la polyamour et j'ai vu, sur le web, me semble-t-il, un documentaire avec quelques unes des mêmes personnes (Meta et ses compagnons) il y a quelque temps.

J'ai toujours vécu avec les mêmes idéaux que vous. Seul l'étiquette "polyamour" est nouveau. J'ai découvert des bouquins sur la polyamour dans la bibliothèque de ma soeur en Californie et j'étais très surprise car je n'imaginais un seul instant que ma soeur vivais comme moi je vivais! Là-bas cela se passe assez différement qu'ici. Vous ne semblez pas faire des "play parties", par exemple.

Je comprends que l'on veuille se donner une étiquette ou identité poly, fréquenter d'autres polies, participer aux rencontres polies, etc., pour trouver des âmes soeurs et des camarades. Mais je crains qu'il y a un risque de ghettoisation aussi, un peu comme le mouvement goth ou quelque chose comme cela, une ferméture d'horizons.

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 19 janvier 2013 à 21h47

UneEthicalSlut

Là-bas cela se passe assez différement qu'ici. Vous ne semblez pas faire des "play parties", par exemple.
( … )
Je comprends que l'on veuille se donner une étiquette ou identité poly, fréquenter d'autres polies, participer aux rencontres polies, etc., pour trouver des âmes soeurs et des camarades. Mais je crains qu'il y a un risque de ghettoisation aussi, un peu comme le mouvement goth ou quelque chose comme cela, une ferméture d'horizons.

Bonjour à toi et bienvenue !

* " ghettoisation " ? :
Hum, qu’appelles-tu “ ghetto ”, et où n’en trouves-tu pas ? Ce risque existe partout, dans toutes les catégories de populations : ça s'appelle l'entre soi. Les (très) riches peuvent le pratiquer (ou pas), les hétéros aussi (ou pas)... J'ai rédigé une liste comme un inventaire à la Prévert, nommé ' Une pluralité de polys... ' ici sur le forum (mi janvier 2013), juste pour montrer et rappeler que même si nous avons a priori des valeurs en commun (franchise, esprit de curiosités...), nous n’avons pas d’étiquette fixe ; nous aurions plutôt une éthiquette ;) (comme toute salope éthique qui se respecte !) , et nous pouvons être vraiment trrrès différent-es les un-es des autres, par nos parcours, relations, vies, vécus, ressentis, positions, idées, pratiques, langues, désirs, mouvements permanents, découvertes de nouvelles énergies lors de nouvelles relations (voir à : new relationship energy sur wikipedia) ... Et que cela bouge en permanence.

On n’a pas signé en bas d’un parchemin pour être “poly” de telle ou telle façon avec untel en CDI pour toute la vie, et c’est justement ça qui est intéressant : apprendre à (se) connaître, pour faire évoluer voire changer d’identité(s), bouleverser les codes, les stéréotypes, les genres, en avoir plusieurs, jouer sur les prénoms mixtes…

Dis-moi franchement, toi, sais-tu toujours Vraiment, pleinement, à qui tu parles quand tu rencontres tous tes ami-es, ta famille ? Jusqu’à quel point tu les connais ou crois les connaître ? Les as-tu déjà interpellé-es sur leurs vies intimes et leurs pratiques, chaque nuit ? Et connais-tu, sais-tu Vraiment qui écrit les articles et messages que tu lis sur internet ?

Mais tu as raison de te méfier de la " ghettoïsation " , car c'est un risque permanent, et qui menace parfois (souvent ?) le vivre ensemble en société. Potentiellement, le mariage et la famille peuvent être des formes de ghettos, non ? Il y a des bulles un peu partout, à nous de jouer avec pour les ouvrir ?
Cela dit, à présent j'appelle plutôt cela l'entre soi, car ainsi d'autres peuvent ( peut-être ? ) s'y reconnaître (le mot "ghetto" a un côté connoté et un peu méprisant qui me parle moins, enfin ce n’est que mon avis).

Une remarque à ce propos : les polys (dans toute leur vaste pluralité), il y en a partout (pas dans un seul et unique coin ou une seule catégorie sociale), et tu ne sauras peut-être jamais (ou très tardivement) que un tel ou une telle l'était , même connu-e du public ou pas, traqué-e par les paparazzis ou pas, issu-e de ta famille ou non….

Puisque par définition, cela fait partie de la sphère intime et que tout le monde n'a pas toujours envie de la révéler, de faire son coming out (sauf si comme toi ils et elles veulent l'assumer un peu plus et commencer à se faire surnommer ' salope éthique ' ? en référence notamment au livre The ethical slut du même nom... que tu as lu pour te nommer ainsi ici ? à paraître en France enfin traduit en mars 2013 aux éditions Tabou ? je l'espère !).

Donc les polys tout comme les anonymous on est partout, y compris et surtout là où on ne nous attend pas, et c’est ça qui est (aussi) excitant !
C'est d'ailleurs ainsi que tu as eu la surprise de découvrir ta soeur en Californie, non ?

* " play parties " : qu'entends-tu par là ?
Des soirées festives et dansantes ? Ou des bals masqués, des soirées open kiss puis coquines, ou autre chose ?
Qui te dit qu’on ne fait pas de “play parties” ailleurs, de façon moins visible que sur le web ?

Si jamais (supposition) il s'agit de parties fines libertines, les amours plurielles ne les excluent pas, mais les incluent dans une vaste galaxie de pratiques où, à mon avis, on essaie de faire en sorte de ne pas s'interdire d'avoir des relations sentimentales ou de tomber amoureux/amoureuses des personnes rencontrées (ce qui ne me semble pas être tout à fait le cas des soirées libertines, même si les frontières restent poreuses par définition, un 06 ou un @ ça se donne à qui on veut).

Mais dis-moi, qu'entends-tu par "play parties", donc, à tes yeux ? Et tu dis "par exemple " : quels sont les autres exemples, les autres différences que tu aurais remarquées ? ça m’intéresse ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion