Polyamour.info

beseeingyou

beseeingyou

(Pologne)

Erreurs courantes en polyamour

Rédigé le vendredi 22 février 2013 à 12h59

Mis à jour il y a 2 ans

Ne pas voir le verre à moitié vide, mais ne pas non plus le voir à moitié plein... Une liste des erreurs courantes commises dans les relations polyamoureuses, traduite de l'anglais.

Illustration : diorama_sky (CC By NC ND)

Avec toute ma reconnaissance envers Suzie, pour sa perspicacité et ses contributions.

On peut trouver un excellent guide pour foirer ses relations polyamoureuses sur le site du forum alt.polyamory. Il décrit dans le détail toutes les choses mesquines, sordides et malveillantes qu'on peut faire pour être sûr de ruiner sa relation de la façon la plus dramatique et douloureuse possible.

Ce n'est pas de cette page qu'il s'agit.

La page suivante a pour but de décrire quelques-unes des erreurs qu'on peut commettre dans une relation non-monogame, même en étant compatissant, honnête et pétri de bonnes intentions. La formation d'une relation non-monogame stable et heureuse ne se fait pas toujours de façon intuitive, et des erreurs peuvent être commises en cours de route en dépit des meilleures intentions du monde. Dans l'idéal, il faudrait faire en sorte de chercher à tirer une leçon des erreurs des autres plutôt que des siennes propres ; c'est quand même beaucoup plus simple.

Ne faites aucune supposition concernant votre partenaire ou votre relation; parlez de tout

Il est en ce monde des personnes qui n'aiment pas discuter de leurs histoires relationnelles, ou qui considèrent ces discussions comme une lourde corvée. Le problème, c'est qu'on peut rapidement en arriver à s'imaginer qu'une chose est OK pour son partenaire, qu'on se trouve à un certain stade de la relation, ou encore qu'on est dans un type de relation qui autorise certaines choses ou en interdit d'autres, alors que le partenaire en question en a une toute autre idée. Il est beaucoup moins dramatique de s'en rendre compte en en discutant qu'en franchissant une limite dont on ne soupçonnait même pas l'existence. Soyez clair dès le départ sur ce que vous attendez de votre partenaire (et sur ce que votre partenaire attend de vous), et vous vous en porterez beaucoup mieux, croyez-moi.

N'ignorez pas les conséquences de vos actions-même les conséquences involontaires

La loi des conséquences involontaires est aussi universelle et incontournable que celle de la gravité, et est sans nul doute plus qu'à même de ruiner vos relations amoureuses au-delà de toute espérance.

Pour faire simple, vos décisions et vos actions ont des conséquences aussi bien sur vos partenaires que sur vos relations, et vous portez la responsabilité de ces conséquences-même si vous avez l'impression que vos décisions étaient appropriées et justifiées, même si vous avez l'impression que vos actions étaient explicitement permises par les règles qui régissent votre relation.

L'exemple le plus commun de ce genre de conséquences involontaires peut être trouvé dans les relations ayant un système de «  veto » permettant à un partenaire de s'opposer aux relations amoureuses d'un autre partenaire. La plupart du temps, ce veto est une règle négociée et acceptée de façon mutuelle; les personnes dans une relation incluant un veto donnent explicitement ce droit à leur partenaire.

Cependant, si votre partenaire tombe amoureux de quelqu'un, et qu'ensuite vous mettez un veto à cette relation, vous pouvez être presque certain que vous allez blesser votre partenaire. Peu importe que votre partenaire soit d'accord avec ce veto et vous ait explicitement donné le pouvoir de vous en servir; quand on perd une relation amoureuse, ça fait mal. C'est comme ça que fonctionne l'être humain. Et quand vous blessez votre partenaire, il est possible voire probable que ceci affecte la relation que vous avez avec votre partenaire, même si celui-ci vous a explicitement donné ce pouvoir. Bon, je ne dis pas que vous ne devriez jamais exercer votre droit de veto; mais je dis que lorsque vous prenez une décision concernant votre partenaire, il faut que vous cherchiez à comprendre comment elle influe sur votre partenaire, et en assumiez la responsabilité. Dites «  oui, je sais que ça te fait mal, et j'en suis désolé ». Reconnaissez le fait que vos décisions puissent affecter la relation que vous avez avec votre partenaire, et prenez la responsabilité de ces conséquences, même si elles n'étaient pas prévues.

Ceci est probablement le facteur le plus crucial dans la réussite toute relation. Tout ce que vous faites-qu'il s'agisse d'inviter votre partenaire à une soirée mais pas les siens, ou de chercher à exclure les partenaires de votre partenaire de ce qui est important pour vous, jusqu'au simple fait de ne pas reconnaître la valeur que les autres relations de votre partenaire ont pour celui ou celle-ci-a une influence sur votre relation à votre partenaire, parfois de façon très subtile et parfois de façon plus évidente. Prenez conscience des conséquences de vos décisions autant que des raisons qui vous poussent à les prendre.

N'essayez pas de régenter vos sentiments ou ceux de vos partenaires

L'un des problèmes courants dans les relations polyamoureuses survient quand l'un de ses membres, s'efforçant de se sentir moins menacé ou plus en sécurité, cherche à contrôler le niveau d'implication émotionnelle de son partenaire avec une autre personne. Les gens se sentent souvent menacés par l'intimité émotionnelle-parfois plus que par l'intimité physique. Mais ce problème ne se règle pas en exerçant un contrôle total sur les émotions.

Les émotions ne se laissent pas commander de cette façon; il est pratiquement impossible de créer une «  règle » disant «  tu peux devenir intime physiquement avec quelqu'un d'autre, mais tu n'as pas le droit d'être intime émotionnellement passé cette limite », et de s'attendre à ce qu'elle tienne sur le long terme. Il n'est pas toujours possible de prévoir quelles sont les relations qui vont devenir intimes sur le plan émotionnel, ou à quel point; tenter de gérer son insécurité et sa peur en réglementant les connections émotionnelles est voué à un échec certain. En fait, tenter de diriger l'intimité émotionnelle conduit parfois au problème suivant, qui est:

Ne détruisez pas le village pour tenter de le sauver

Il va de soi dans la plupart des relations de toutes sortes, que blesser un des partenaires va porter préjudice à la relation en question. Pas besoin d'avoir un prix Nobel pour se rendre compte que si vous brisez le cœur de l'être aimé, vous allez endommager la relation que vous entretenez avec lui.

L'un des moyens de briser le cœur de votre bien-aimé est de forcer cette personne à renoncer à quelqu'un qu'elle aime, et c'est ce qu'entraînent généralement les règles prohibant l'intimité émotionnelle. Comme il n'est pas possible de contrôler arbitrairement les émotions, et qu'on n'est pas toujours capable de prédire à l'avance le moment où une relation deviendra intime sur le plan émotionnel, les gens qui bâtissent des structures relationnelles dans lesquelles l'intimité émotionnelle est proscrite finissent souvent par détruire involontairement ces fondements. Quand cela arrive, un choix doit être fait : on peut changer les règles proscrivant l'intimité émotionnelle, ou la personne qui est devenue intime avec un nouveau partenaire peut prendre la décision de s'en s'éloigner. Cette dernière option peut infliger une grande souffrance, à la fois pour cette personne et pour son nouveau partenaire; et cette souffrance finira par avoir des répercussions sur la relation existante.

Dans leurs efforts pour éviter de commettre cette erreur, il arrive toutefois que les gens en fassent une autre, qui est :

Ne vous attendez pas à ce que quelqu'un développe la même relation avec vous et votre partenaire

L'une des solutions pour faire face à ce sentiment d'être menacé par l'intimité émotionnelle est de dire «  OK, l'intimité émotionnelle n'est pas un problème tant que le nouveau partenaire s'implique avec chacun de nous et nous aime tous les deux. De cette façon, personne ne se sent mis de côté et personne n'a besoin d'être jaloux. »

Sur le papier, c'est génial. Dans la vraie vie par contre, ça ne marche généralement pas. En effet, ça part de l'hypothèse erronée qu'il est possible de forcer deux relations distinctes avec deux personnes différentes à se développer au même rythme et au même point.

Supposons que quelqu'un commence à fréquenter des jumeaux identiques, et passe autant de temps avec chacun d'entre eux. Même dans cette situation, il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que les deux relations se développent au même rythme ni de la même façon. Les relations, tout comme les gens, sont des entités individuelles, et il est tout simplement illusoire de penser qu'une relation avec deux personnes différentes va tourner de la même façon.

Les gens vont parfois chercher à le faire, pensant que ça va les protéger des sentiments d'insécurité ou de jalousie - «  je me sens menacé quand mon partenaire développe une relation intime sur le plan émotionnel, mais si la personne impliquée avec mon partenaire entretient la même relation avec moi, je ne me sentirai pas mis de côté, et donc pas menacé » . Je pense qu'une meilleure approche est de former une relation inclusive plutôt qu'exclusive, mais qui ne repose pas sur un objectif impossible tel que «  chaque nouvel arrivant doit nous voir tous les deux et développer la même relation avec nous deux ». Une relation inclusive, ça ne signifie pas forcément «  deux relations identiques » ; en fait, il est possible de construire des relations inclusives dans lesquelles la nouvelle personne n'est amoureusement impliquée qu'avec un seul des membres du couple existant, mais a développé une forte amitié avec l'autre.

Et pendant qu'on y est, voici la seconde erreur du même genre:

Ne pensez pas que vous allez éviter la jalousie en vous arrangeant pour que vous et votre partenaire fréquentiez la même personne

C'est l'une des erreurs les plus courantes commise par les couples qui décident d'essayer le polyamour. L'idée est que si l'un des membre du couple a des insécurités ou des problèmes de jalousie, le moyen d'empêcher cette question de devenir un problème est de sortir avec la même personne. Après tout, si votre partenaire couche avec quelqu'un d'autre, mais que vous aussi, pas de jalousie, non ?

Faux.

La jalousie ne marche pas comme ça. La jalousie n'est pas rationnelle. Ça ne fait aucune différence que votre partenaire et vous couchiez avec la même personne ; si vous avez des insécurités, ou la peur non-résolue d'être abandonné ou remplacé, il se peut que vous soyez toujours jaloux de l'amant de votre partenaire même si c'est aussi le vôtre.

Pour arrêter de se sentir menacé ou jaloux, il faut chercher à découvrir ce qui est à la base de cette jalousie, pour ensuite le régler, au lieu de former des structures relationnelles destinées à faire disparaître la jalousie. La jalousie prend sa source dans d'autres émotions, telles que l'insécurité ou la peur de la perte. Sortir avec la même personne que votre partenaire n'éradique pas ces émotions.

N'oubliez pas vos priorités

Il est tout à fait naturel de nager à tel point dans le bonheur d'une nouvelle relation qu'on en vient à négliger celles qui existent déjà; en fait, accorder toute son attention aux relations préexistantes dans ce contexte demande souvent un effort de volonté considérable.

Faire cet effort est cependant indispensable. Négliger les relations préexistantes dans le tourbillon d'un nouvel amour peut se révéler extrêmement dommageable...pour toutes les relations. Ne vous laissez pas emporter; attention à ce que vous faites. Appliquez-vous à ce que tous vos partenaires se sentent aimés, essentiels, et en sécurité.

Ne vous lancez pas dans une nouvelle relation si vos autres relations sont en difficulté

Le polyamour n'est pas le moyen de fuir les problèmes de sa vie amoureuse. En fait, les problèmes surgissant dans une relation ont la très fâcheuse habitude de déborder sur les autres, si vous n'y prenez pas garde.

Si vous rencontrez des difficultés dans l'une de vos relations, ce n'est pas le moment d'en commencer d'autres. Il est plus probable que cela crée des problèmes dans la nouvelle relation, et que cela exacerbe ceux de la relation préexistante. Commencer une nouvelle relation dans ces conditions est injuste à la fois pour le partenaire existant et pour la personne qui arrive.

L'autre facette de cette erreur est quant à elle:

Soyez prudent si vous vous impliquez avec un couple qui n'a pas complètement fait le point sur le polyamour

L'un des moyens les plus sûrs de briser des cœurs est de commencer à fréquenter une partie (ou les deux!) d'un couple établi dont chaque membre a sa propre idée de la façon dont leur relation devrait fonctionner.

Chaque fois que deux personnes ne sont clairement pas sur la même longueur d'onde par rapport à ce qui est permis ou pas, ou ont une conception différente de la manière dont leur relation devrait être menée, vous pouvez vous attendre à rencontrer des problèmes. Et comme souvent, le jour où ça entraînera des histoires entre les membres du couple déjà formé, ça sera vous le méchant. Aussi, il est préférable de s'assurer que tout le monde est sur la même longueur d'onde avant de mettre votre cœur en jeu

Et puisqu'on parle du sujet, en voici l'autre aspect:

Ne vous lancez pas dans le polyamour si vous n'êtes toujours pas certain de savoir si vous avez vraiment une relation polyamoureuse, ou si vous n'êtes pas prêt à assumer la responsabilité de vos actes

Ça devrait aller sans dire, mais n'accueillez personne dans votre relation s'il n'est pas clair que celle-ci le permette ou non. Si vous avez déjà un partenaire et que vous envisagez d'explorer le polyamour, mettez les choses au clair avec, avant d'inclure qui que ce soit d'autre. Et quand vous introduisez effectivement quelqu'un, expliquez bien que le cœur de cette personne est en jeu. Vous lui offrez l'intimité physique, émotionnelle, ou les deux ; prenez-en la responsabilité. Évitez de l'inviter, créant de la vulnérabilité, si c'est pour ensuite changer d'avis en disant : «  ben, en fait on n'est pas sûrs d'être poly ».

Vos partenaires sont des être humains, pas des meubles ; si vous voulez que ces personnes vous traitent avec égard, portent de l'attention à vos sentiments, et fassent preuve de compassion et de respect, vous devez vous-même les traiter correctement, vous soucier de leur ressenti et agir avec compassion et respect. Soyez clair avec vous-même et, avec votre partenaire préexistant, définissez les modalités de fonctionnement de votre relation ; ne laissez pas à une tierce personne le soin de tâtonner pour le trouver ! Si vous n'êtes pas sûr d'être dans une relation polyamoureuse, c'est que vous n'êtes pas dans une relation polyamoureuse.

Ne vous imaginez pas que les besoins qui ne sont pas comblés dans une relation peuvent l'être dans une autre

Les gens font souvent l'erreur de croire que si un besoin n'est pas comblé par une relation, la solution est d'en chercher une nouvelle. C'est particulièrement le cas dans les relations de type primaire/secondaire, dans lesquelles si les besoins d'un secondaire ne sont pas comblés, celui-ci peut se mettre à la recherche d'autres relations pour y parvenir.

En réalité, de nombreux besoins se rapportent à une personne, et non à une relation. Si vous avez besoin de A, B, C, D et E, ne vous figurez pas que A, B et D peuvent être fournis par Gégé, tandis que C et E le seront par Robert. Ce qui peut arriver, c'est que vous ayez besoin de A, B, C et D de la part de Gégé, et de A, D et E de la part de Robert ; obtenir A de Gégé ne signifie pas que vous n'en n'ayez pas aussi besoin de la part de Robert.

N'essayez pas de couler votre relation dans un moule prédéfini

Beaucoup de gens sont d'avis que la règle n°1 dans une relation polyamoureuse est la communication. Si c'est vrai, alors la règle n°0 est : Laissez vos relations être ce qu'elles sont.

Il est parfois tentant pour quelqu'un dans une relation polyamoureuse en quête d'un nouveau partenaire de chercher une relation qui répondra à des critères prédéfinis-par exemple «   je veux une femme bisexuelle qui fréquente mon partenaire et moi, qui ait elle-même déjà un partenaire et qui aime la pétanque »

Comme n'importe quel type de relation amoureuse, il est peu probable qu'une relation poly soit aussi bien ordonnée. Elle est même souvent vouée à l'échec si les personnes impliquées dans cette relation essaient de la faire rentrer de force dans un système de conditions prédéfinies, plutôt que de la laisser libre d'évoluer naturellement.

C'est particulièrement vrai dans le cas où un couple déjà formé ou un groupe part à la recherche d'une nouvelle relation impliquant tous les partenaires de façon équivalente-par exemple, «  nous sommes un couple recherchant un autre couple, dans un modèle où tout le monde est impliqué amoureusement avec tout le monde ». Ici, on peut être amené à forcer la relation à se conformer à cette configuration, même dans les situations où les liens affectifs, s'ils étaient autorisés à se développer naturellement, ne prendraient pas cette forme.

Ceci peut cependant tout aussi bien arriver dans une relation entre deux personnes. Quand les gens disent des choses du genre «  je veux un partenaire secondaire », il se peut qu'elles commettent cette erreur dans sa forme perfectionnée ; il n'est pas toujours possible de prévoir à l'avance à quel point une relation va s'approfondir. On ne peut pas forcer une relation légère et désengagée à devenir profonde et passionnée, pas plus qu'une relation profonde et passionnée à être légère et désengagée !

L'un des meilleurs moyens d'éviter ce problème est d'aborder toute relation entre deux personnes comme si elle était composée de trois éléments : les besoins de la première personne impliquée, ceux de la deuxième personne, et les besoins de la relation en elle-même. La relation en elle-même va souvent se comporter comme une troisième entité indépendante, il est donc avisé d'être à l'écoute des besoins de celle-ci.

N'essayez pas d'isoler vos relations

Il n'est rien qui puisse exister dans un vide total. Les gens cherchent souvent à dissocier leurs relations les unes des autres, et tentent de les «  compartimenter » pour faire de chacune d'entre elles une entité distincte et séparée. C'est plus communément le cas dans les relations qui suivent le modèle primaire/secondaire.

Le problème,c'est que ça ne marche pas. Chaque relation peut et va exercer une influence sur les autres. Il est nécessaire de garder ceci en mémoire, et de comprendre que les choses qu'on fait dans une relation ont des conséquences sur les autres.

D'un autre côté, il est tout aussi facile de foncer tête baissée dans la direction opposée, ce qui conduit à commettre l'erreur poly suivante:

N'essayez pas de combiner vos relations, ou de les forcer à fonctionner comme une relation unique

C'est ce qui arrive le plus souvent chez les gens qui cherchent à former une relation intentionnellement équilatérale impliquant trois ou quatre personnes, poussées à tout faire ensemble-passer tout leur temps ensemble, sortir tous ensemble, etc...

Ici, le danger est double. D'abord, il peut être asphyxiant de ne pas disposer d'un espace à soi, d'être constamment entouré d'autres personnes. Ensuite, ceci a tendance à couler de force la relation dans un moule pour lequel elle n'est pas nécessairement faite naturellement. Il est tout à fait normal pour les personnes impliquées dans une triade ou une tétrade d'avoir des affinités quelque peu différentes, même lorsque les groupes sont équilatéraux ; et deux des membres peuvent apprécier de faire ensemble des choses qui n'intéressent le troisième que peu ou prou.

Ceci est sain et normal. Il n'y a rien de mal à laisser les relations se développer à leur façon ; certains n'ont pas les mêmes goûts ni les mêmes désirs. Ça ne veut pas dire que la relation n'est pas équilatérale.

N'essayez pas de vous séparer des autres relations de votre partenaire

Ceci arrive le plus souvent chez les partenaires dont l'un est polyamoureux par nature tandis que l'autre est monogame. Un certain nombre de facteurs peut vous conduire à tenter de prendre vos distances par rapport aux autres partenaires de votre bien-aimé : la peur, la jalousie, le sentiment d'insécurité, etc...

Ce qui se passe vraiment dans les autres relations de votre amoureux n'est presque jamais aussi terrible que vos peurs veulent le faire croire. Apprendre à connaître les autres partenaires du vôtre peut grandement contribuer à faire disparaître cette peur. Le fait d'avoir une relation avec un(e) poly implique celui d'avoir aussi une relation avec les autres partenaires de cette personne-même s'il ne s'agit pas d'une relation amoureuse.

Si on considère les autres partenaires comme des adversaires, il devient aisé de les déshumaniser et on peut vite être poussé à les diaboliser et à s'en méfier, ce qui conduit à causer de grandes tensions dans la relation à son partenaire, en plus d'avoir tendance à vous faire perdre la raison.

Parvenir à considérer les autres partenaires de son amoureux comme des êtres humains et pas comme des adversaires tend à réduire le stress que vous pourriez éprouver. Ceci aide également à établir des relations saines et heureuses avec ces personnes.

Ceci à condition, bien évidemment, que les partenaires en question désirent une relation harmonieuse avec vous. Si ce n'est pas le cas, il est primordial de considérer la prochaine erreur poly qui est la suivante :

N'ayez pas peur de taper du poing sur la table

C'est l'une des leçons les plus dures à apprendre.

Tout le monde n'est pas quelqu'un de bien, ni parfait, ni ne convient idéalement à votre partenaire. Il arrive souvent qu'on désire faire des choses qui rendent notre partenaire heureux, même en dépit du bon sens ou au détriment de notre propre bonheur.

Ceci marche généralement à court terme, pour ensuite causer beaucoup de peine et de chagrin à long terme. Soyez attentif à votre petite voix intérieure ; elle se trompe rarement. Si quelque chose vous dérange, dites ce que vous en pensez. Si vous trouvez que quelque chose est totalement inacceptable, dites-le ! Même si ce n'est pas rationnel, votre amoureux devrait au moins accepter d'écouter ce que vous avez à en dire.

En parlant de choses irrationnelles :

N'attendez pas des êtres humains qu'ils soient constamment rationnels

Nous sommes des êtres fondamentalement irrationnels, ceci fait partie intégrante de la nature humaine. Les réactions irrationnelles sont ce qui fait de nous des êtres humains, et on ne peut y répondre de manière rationnelle.

Quelque soit la relation amoureuse dans laquelle se trouve votre partenaire, certains de ses comportements ou réactions émotionnelles pourront vous paraître irrationnels. Ce n'est pas forcément un mal ; l'amour n'est pas rationnel. Pas plus que la jalousie.

Rappelez-vous que vous n'êtes pas toujours rationnel non plus. Si votre partenaire se conduit de façon trop émotionnelle, évitez de ripostez par l'attaque, l'intimidation ou la réprimande. N'attendez pas de votre partenaire qu'il se comporte toujours de façon logique et rationnelle, ça n'arrivera pas.

Si votre partenaire agit de manière irrationnelle, faites tout de même preuve de compassion et de respect-même si vous n'êtes pas d'accord avec ce qu'il dit ou fait ! Traitez ses sentiments avec respect et courtoisie. Tentez de découvrir pourquoi il ou elle ressent les choses de cette façon. Souvent, il se peut qu'il y ait une raison qui ne soit pas évidente au premier abord ; si vous voulez vous occuper d'un sentiment, il est nécessaire avant tout de trouver d'où il vient.
Il est en général assez évident qu'il vaille mieux réagir à la jalousie avec compassion, mais il faut se rappeler que tous les sentiments de votre partenaire sont importants. Même les sentiments positifs tels que l'amour ou la «  limérence » (l' «  état amoureux » dirais-je, N.d.T.) peuvent conduire votre partenaire à se conduire de façon irrationnelle. Quand vous tentez de résoudre un quelconque problème causé par ce genre de comportement, essayez de comprendre ce que ressent votre partenaire, et pourquoi.

Développez vos aptitudes à communiquer et à résoudre les conflits

Ce point est on ne peut plus évident, mais mérite qu'on s'y arrête. Une relation n'est pas vouée à l'échec tant qu'on continue à se parler au lieu de se jeter la vaisselle à la tête.

Parlez avec votre partenaire. Tout le temps. À propos de tout.

Ne prenez aucune décision majeure de façon unilatérale

Les partenaires devraient s'inclurent mutuellement dans leurs choix de vie. Déclarer qu'on va apporter des changements majeurs dans sa vie peuvent conduire votre partenaire à se sentir exclu.

Parlez à tous vos partenaires. Ne laissez pas vos autres partenaires servir de relais

Ça ne marche jamais. Sérieux. Toute information relayée par l'intermédiaire de quelqu'un n'arrive jamais à destination sans être déformée. Si vous avez quoi que ce soit dire à quelqu'un, dites-le lui directement.

Et dans le même ordre d'idées :

Ne vous fiez pas aux informations de seconde main

Ne partez jamais du principe que les déclarations d'un partenaire rapportées par un autre sont totalement fiables (même si aucune déformation n'était intentionnelle). Remontez à la source afin d'obtenir confirmation.

N'allez pas trop vite

Le polyamour instantané n'existe pas. Le sexe au premier rendez-vous n'est en rien une obligation. Pas plus que de débarquer avec un camion de déménagement au second. De plus, attendez de fréquenter une personne depuis un certain temps avant d'appeler ça une «  relation ». Efforcez-vous plutôt de laisser les choses croître naturellement et de construire quelque chose de durable.

Les relations polyamoureuses ne sont pas fondamentalement différentes des relations monogames, et les débuts de toute relation sont périlleuses. Prenez le temps.

N'ignorez pas la petite voix dans votre tête

C'est une erreur facile à commettre dans toute relation et pas seulement dans le polyamour. Votre cœur peut vous dire une chose même si votre tête vous en dit tout le contraire ; et même si vous n'arrivez pas à mettre le doigt dessus, il est souvent utile d'écouter votre cœur quand celui-ci vous suggère que quelque chose ne va pas.

Ce n'est pas parce que vous ne comprenez pas rationnellement pourquoi quelque chose va mal que tout va bien. La façon la plus intelligente de procéder est de partir de l'idée que cette petite voix est en train d'essayer de vous mettre en garde contre quelque chose dont vous n'êtes pas encore conscient, et d'enquêter plus avant pour trouver ce dont il est question.

Cette petite voix n'a pas toujours raison, bien évidemment, mais ne l'oblitérez pas pour le seul motif qu'elle n'est pas rationnelle.

N'ayez pas peur du changement

Il arrive souvent, et particulièrement dans les relations primaire/secondaire, que l'on s'attende inconsciemment à ce que la vie continue plus ou moins de la même façon, inchangée, si une nouvelle personne arrive dans celle-ci.

Toute relation sentimentale va néanmoins laisser une marque permanente sur les personnes impliquées. Chaque fois qu'on accueille quelqu'un dans sa vie sentimentale, même en tant que partenaire secondaire, on peut selon toute vraisemblance s'attendre à ce que cette personne transforme notre vie pour toujours.

Il s'agit d'une caractéristique, pas d'un défaut. Si vous introduisez des gens dans votre vie, ne vous imaginez pas en demeurer inchangé.

Ne rapportez pas tous les problèmes que vous rencontrez au polyamour

Lorsqu'on est impliqué dans un modèle relationnel non-conventionnel, il est parfois tentant de rendre celui-ci responsable de tous les problèmes qu'on peut rencontrer. Il semblerait que c'est particulièrement le cas dans les relations polyamoureuses, où il peut être très facile d'accuser le polyamour de tous les maux - «  Si on n 'était pas poly, on n'aurait pas à faire face à ça ! »

Ce n'est pas nécessairement le cas. Même les relations traditionnelles monogames présentent leur lot de défis et de difficultés.

Par exemple, si vous êtes dans une relation poly et vous trouvez que vous ne recevez pas suffisamment d'attention de la part de votre partenaire, il peut être tentant de dire : «  Si tu n'étais pas également impliqué avec Untel ou Unetelle, je ne me sentirais pas aussi négligé ». Dans tout type de relation cependant, il existe des raisons susceptibles de distraire l'attention que votre partenaire vous porte, qu'elles soient professionnelles, familiales ou autres. Dans ce cas, le problème n'est pas vraiment le polyamour mais plutôt la façon de gérer son temps.

Trouver la cause première du problème au lieu de simplement faire porter le chapeau au polyamour est un excellent moyen de résoudre les difficultés relationnelles.

Assurez-vous que vos actions concordent avec vos intentions

Ceci est valable pour n'importe quel type de relation, mais est particulièrement important dans les relations polyamoureuses.

Si par exemple vous prétendez accepter ou apprécier les autres partenaires de votre compagnon, mais parvenez en pratique à refuser de reconnaître leur existence autant que possible (en ne demandant jamais de leurs nouvelles, en ne faisant pas le moindre effort pour maintenir avec eux ne serait-ce que la plus désengagée des camaraderies, en vous refermant comme une huître dès que l'une ou l'autre de ces personnes est mentionnée, etc...), vous faites clairement passer le message que vous préféreriez qu'ils n'existent pas.

Ceci est très dur pour l'amoureux-du-milieu, et ça le devient encore plus si vous niez que vous le faites.


Traduit de Common Mistakes in Poly Relationships de Franklin Veaux

19 réactions (la dernière il y a 2 mois)

Proposez vos articles !

Si vous souhaitez témoigner de votre expérience ou développer vos idées, n'hésitez pas à vous inscrire pour proposer un article.

» Inscription

D'autres articles sur le même thème

Réutiliser cet article ?

Vous pouvez diffuser, copier, distribuer ou traduire cet article si vous respectez les conditons suivantes :

Vous pouvez nous contacter pour toute utilisation ne rentrant pas dans les termes de cette autorisation.

Espace membre

» Options de connexion